La Presse Anarchiste

L’objection de conscience en Espagne

L’Espagne, sous le régime que vous savez, ne recon­naît aujourd’hui aucun motif d’objection de con­science. Les peines infligées sont lour­des et si longues que seule une con­vic­tion comme celle des témoins de Jého­vah a pu s’en accom­mod­er (10 ans d’emprisonne­ment et de rég­i­ment dis­ci­plinaire en Sahara espagnol).

Env­i­ron 200 témoins de Jého­vah et 2 adven­tistes sont actuelle­ment incarcérés.

Le ser­vice mil­i­taire a une durée de 15 mois et sera éventuelle­ment réduit à 12 mois pour une rai­son de contingent.

Une par­tie non nég­lige­able de jeunes Espag­nols se fait soit dis­penser à l’aide d’un cer­ti­fi­cat médi­cal, soit s’expatrie pour une péri­ode d’environ 10 ans avec ou sans con­gé militaire.

Le poids des con­damna­tions a jusqu’à cette année retenu les jeunes Espag­nols, préoc­cupés de la sit­u­a­tion socio‑politique de leur pays, de s’attaquer au pili­er numéro 1 du régime : l’armée. Cepen­dant la con­cen­tra­tion des actions par­lemen­taires et extra­parlemen­taires de tous les pays leur assure que, tous les moyens étant mis en œuvre, l’obtention du statut n’est pour le peu­ple espag­nol qu’une ques­tion de temps.

Pour ces divers­es raisons, 3 groupes de sou­tien se sont con­sti­tués à Valence, Barcelone et Madrid afin d’engager les asso­ci­a­tions poli­tiques extra­parlemen­taires, l’information et les autorités dans le débat.

José Beun­za de Valence que nous appelons Pepe, ex‑leader du syn­di­cat démoc­ra­tique des étu­di­ants, a entre­pris de pré­cip­iter les activ­ités anti­mil­i­taristes dans son pays en se faisant arrêter publique­ment pour insoumis­sion, sous le motif large et réal­iste de la non-vio­lence. Pepe est « non vio­lent ». Son engage­ment poli­tique passé et actuel est le moteur de son activité.

Pra­tique­ment : le but de cette action est d’obtenir la recon­nais­sance de l’objection de con­science en Espagne par l’application d’un statut ouvert à toutes les con­vic­tions. La pre­mière étape devant con­tenir l’objection religieuse et non vio­lente au moins.

Qui est Pepe ?

José Beun­za est né en 1947. Il est ingénieur agronome (a fini ses études en octo­bre 1970). Il a béné­fi­cié de trois ans de sur­sis au recrute­ment, pour ter­min­er ses études. Ce sur­sis est échu en 1970. Durant les deux dernières années, d’abord seul puis avec des sympa­thisants et d’autres futurs objecteurs, il a réus­si à don­ner un cer­tain nom­bre de con­férences et de causeries dans des col­lèges, des asso­ci­a­tions d’étudiants et autres groupes de jeunes dont les Amis de l’Arche. Arrêté trois fois, il est chaque fois relâché après exposé de ses con­vic­tions non violentes.

Au début du mois d’octobre est paru le pre­mier bul­letin des groupes de sou­tien en Espagne, dans lequel Pepe expose ses moti­va­tions. Cet exposé, qu’il a signé, lui vau­dra prob­a­ble­ment une incul­pa­tion pour atteinte à la sûreté de l’État.

J. Beun­za est le pre­mier Espag­nol à faire publique­ment objec­tion. Pepe est catholique, mais c’est de la non‑violence qu’il se réclame d’abord. Il refusera de sor­tir de prison par une mesure exception­nelle ou par un statut trop restreint.

Les con­damna­tions se suc­céderont jusqu’à l’âge de 30 ans, dernière lim­ite d’incorporation pos­si­ble, si aucune de nos actions n’aboutit.