La Presse Anarchiste

Introduction

À la suite de con­tacts ou de la par­tic­i­pa­tion de cer­tains cama­rades d’«Anarchisme et non‑violence » aux comités de sou­tien aux objecteurs de con­science, il nous avait sem­blé intéres­sant de con­fron­ter nos expéri­ences et nos réflex­ions avec ceux qui, comme nous, priv­ilé­giaient une cer­taine pra­tique et partageaient un état d’esprit dans la lutte non vio­lente et antimilitariste.

C’était le thème de notre camp­ing de l’été 71.

Nous comp­tions met­tre l’accent sur :

  1. La struc­ture décen­tral­isée des CSOC qui s’apparente à celle des comités d’action ;
  2. La cir­cu­la­tion spon­tanée et hor­i­zon­tale de l’information ;
  3. La fac­ulté des CSOC de se mobilis­er rapi­de­ment sur un point précis ;
  4. L’élargissement de la notion d’objection ;
  5. La rad­i­cal­i­sa­tion des luttes avec la dimen­sion et l’expression poli­tiques que peut pren­dre l’objection, notam­ment par sa con­fronta­tion avec les gauchistes ;
  6. La sol­i­dar­ité avec les autres luttes révolutionnaires.

En fait, notre tra­vail n’a pas don­né les résul­tats escomp­tés. Nous avions demandé aux CSOC de nous fournir des textes sur leur groupe (orig­ine, com­po­si­tion, thèmes d’action, ori­en­ta­tion, etc.).

Nous n’avons dis­posé, pour le camp­ing, que de quelques topos regroupés en un dossier qui a servi de base à nos dis­cus­sions. La réflex­ion pro­pre au camp­ing a sou­vent été dif­fi­cile et n’a peut‑être servi qu’à éclair­cir un cer­tain nom­bre d’idées ou tout sim­ple­ment à fournir une infor­ma­tion ; puis elle s’est surtout ori­en­tée sur les prob­lèmes de l’objection dite poli­tique. De plus, d’autres aspects que ceux que nous auri­ons voulu priv­ilégi­er sont apparus.

De toute façon, nous avons été trop opti­mistes dans nos prévi­sions. Si, par la suite, nous avons reçu d’autres textes et quelques com­men­taires, le temps sem­ble avoir été trop court et l’intérêt pour un tel tra­vail n’a aus­si peut‑être pas été suff­isam­ment ressen­ti. Par ailleurs, l’action, par­ti­c­ulière­ment prenante ces derniers temps, a dû être privilégiée.

Dans une pre­mière par­tie, nous ne pub­lions qu’un résumé‑synthèse de notre réflex­ion sur les CSOC. Par crainte des red­ites, nous avons élim­iné les textes de base ; dis­ons aus­si que nous ne pou­vions repro­duire exacte­ment cer­tains comptes ren­dus et com­men­taires oraux qui ont pour­tant servi. Un point aus­si, notre bud­get lim­ité nous oblige à cal­culer, au mieux notre pagination.

La deux­ième par­tie, la plus volu­mineuse, est con­sacrée aux objec­tions, insoumis­sions, etc. Cer­tains textes ont déjà été pub­liés, séparé­ment, à droite et à gauche, sous forme de tracts, entre autres ; d’autres ont, depuis, été remaniés par leurs auteurs. Là encore, nous avons choisi, nous avons tron­qué. Ain­si, rien ne sera pub­lié ayant trait à l’objection en Alle­magne, en Espagne et en Suisse, mais nous avons con­servé des textes de nos cama­rades belges dont la sit­u­a­tion est actuelle­ment la plus proche de la nôtre.

La troisième par­tie, arti­cle 50 et répres­sion, qui reflète les luttes actuelles, n’est pas aus­si élaborée que nous l’aurions souhaité et néces­site encore une analyse.

Nous sommes donc cri­tiques en pub­liant ce numéro. Fallait‑il ne pas le faire ? Nos lecteurs ont la parole.

Et il serait souhaitable que le tra­vail ébauché ici puisse être repris et pour­suivi avec leur col­lab­o­ra­tion dans le cadre, par exem­ple, d’une com­mis­sion de tra­vail sur le thème général de l’antimilitarisme.