La Presse Anarchiste

Henri Cottin

Hen­ri Cot­tin a dis­paru, lui aus­si, dans la tour­mente de cette guerre. En lui nous per­dons le bon cama­rade qui depuis 1918 a tou­jours été à la bonne pointe du com­bat ; que ce soit dans les man­i­fes­ta­tions ou pen­dant la guerre d’Es­pagne, partout il répon­dit présent. Pen­dant cette guerre-ci, Hen­ri, comme tant d’autres lib­er­taires, était entré dans la résis­tance pour com­bat­tre l’hitlérisme et il y lais­sa sa vie.

Le 11 juin 1944 il tom­ba sous les balles de la Gestapo au cours d’une mis­sion de sabotage.

Que dire de plus à tous ceux qui l’ont con­nu, si ce n’est qu’il est mort en véri­ta­ble antifas­ciste, en véri­ta­ble lutteur.

Que sa vieille maman trou­ve ici la sym­pa­thie de tous ceux qui l’ont approché et aimé comme un de leurs frères.