La Presse Anarchiste

Renouveau !

[[De notre délégué spé­cial au Con­grès radical]]

Qui a dit que l’e­sprit de résis­tance était mort, que nul mou­ve­ment ne tenait compte des engage­ments pris en com­mun au moment du dan­ger ? Des plaisan­tins sans doute, des agents de la 5e colonne sûre­ment. Un con­grès rad­i­cal était néces­saire pour nous remet­tre dans le bain, pour nous rep­longer dans l’atmosphère.

Le maquis, cama­rades, mais il était dans le dis­tin­guo rad­i­cal der­rière les barbes bar­belées de nos chers comi­tards, cam­ou­flé par la fumée des pipes héri­o­tiques et accrédité par un papyrus authen­tique de Her­riot à Pétain. Vous savez, une cer­taine let­tre de félicitations.

Le con­grès rad­i­cal, c’est l’im­age de ce qu’est toute Cham­bre des Députés, c’est ce qu’elle restera, c’est ce qu’elle ne peut qu’être. Patrie et Lib­erté ! Ça change un tout petit peu de « Pain, Paix, Lib­erté », mais le résul­tat est iden­tique. C’est Dal­adier et son poing levé de la Bastille à la Nation un cer­tain 14 juil­let 1936. Ah ! il n’y a pas de doute, Dal­adier est bien l’homme de demain pour remet­tre un peu d’or­dre dans les affaires français­es, un peu de clarté dans les rela­tions internationales !

Et si Dal­adier sem­ble un peu trop… com­pro­mis, lors des réu­nions élec­torales prélim­i­naires, bien vite l’autre Édouard le rem­plac­era à la tête des ren­forts ténébreux de « infan­terie lourde de la République. » « Patrie et Lib­erté ! » Patrie ? Ils s’y con­nais­sent, les bougres. Surtout avec un colonel hon­o­raire de l’ar­mée rouge comme chef de file. (Car, n’ou­bliant aucun de ses glo­rieux titres, nous nous sou­venons que le bon gros Édouard l’est en réal­ité.) Édouard Ier sur un cheval cosaque. Lib­erté ? Édouard II, digne suc­cesseur de Thiers, fusilleur des com­mu­nards de 1871, rem­plaçant le pern­od par la vod­ka, après avoir flan­qué quelques dizaines de mil­liers de stal­in­iens en camps de con­cen­tra­tion. Assim­i­la­tion des pop­u­la­tions indigènes ? Steeg ferait bien de se rap­pel­er cer­tains accrochages avec Lyautey. « Sol­i­dar­ité inter­na­tionale ? » Là aus­si les rad­i­caux qui ne veu­lent « pas de frater­ni­sa­tion avec l’Alle­magne et bien plutôt frater­ni­sa­tion entre les Alliés » en con­nais­sent un bout sur la ques­tion, preuve Munich. Même que Dal­adier s’est drôle­ment défendu devant les bonzes et sous-bonzes bar­bus ou rasés. Et il est fort, le « décorné », puisque l’«Huma » du 1er octo­bre 1938 déclarait : « Il n’y a pas eu à Munich de capit­u­la­tion. » Quant à Her­riot, il pos­sède les délégués par le sen­ti­ment : « France, ma mère…» Alors c’est du délire. Tout le Con­grès se dresse, applau­dit, trépigne, lance des actions de grâce au ven­tripo­tent Boud­dha. À pro­pos…, il paraît qu’il a con­nu les camps de la mort lente !

Alors, en avant pour une Cham­bre des Députés et un Sénat ! « Pas de moteur sans frein ! » Des fois qu’il s’emballe.

Nous, ce qui nous amuse, c’est que le Kayser a déclaré sans rire : « Les rad­i­caux sont les mêmes qu’en 1939…» Ça promet pas mal de tri­pa­touil­lages, pas mal de saletés, pas mal de nou­velles fac­tures que les pro­lé­taires cou­vriront. Et que penser de ces braves réfrac­taires ? Ils ont bonne mine après le « nous, les résis­tants, ceux de la pre­mière heure ! » du « président ».

P. S. – À la suite de l’in­ci­dent Anx­ion­naz-Mazé, et à seule fin d’éviter un malaise latent au sein du par­ti, iI serait ques­tion de sor­tir Mis­ler, Chautemps, Bon­net et Malvy de la tanière où ils… maquisent, pour leur con­fi­er les postes de prési­dents et secré­taires non par­lemen­taires. Comme de bien entendu.

2e P. S. – Il a été ques­tion, les 25 et 26 août 1945, de la réu­nion d’un cer­tain Con­seil Nation­al du Mou­ve­ment Répub­li­cain Pop­u­laire. Ah ! pour un par­ti jeune, c’est un par­ti jeune ! Schu­mann s’en porte garant. Dieu sur­veil­lant le tout. Et pour un « par­ti effi­cace » (Col­in dix­it), c’est un par­ti effi­cace. Nous, on veut bien. Nous atten­dons pour­tant le cap­i­taine-com­men­ta­teur de l’«Espoir » au pied du mur lorsque les révo­lu­tion­naires authen­tiques espag­nols deman­deront des comptes à l’archevêque de Tolède…

Pour plus amples ren­seigne­ments, et pour ceux que ça intéresse, se reporter à « Forces Nou­velles », n° 30, heb­do­madaire du M.R.P. Qu’ils se tran­quil­lisent : il n’y a aucun danger.