La Presse Anarchiste

Aux patriotes

[|(Suite) [[Voir le n° 2 de l’Idée Ouvrière.]] |]

Nombre des victimes assassinées au nom de la Patrie, par les bourgeois des différents pays

De 1830 à 1847, l’ex­pédi­tion et la « con­quête » d’Al­gérie à coûté cent dix mille hommes. 

De 1854 a 1856, cam­pagne de Crimée, qua­tre cent qua­tre vingt-cinq mille hommes. 

1859, guerre entre la France et l’Autriche, soix­ante-trois mille hommes. 

1866, guerre entre l’Autriche et la Prusse, cinquante-un millehommes.

Dans la même année, expédi­tion de France au Mex­ique, soix­ante-cinq mille hommes. 

De 1864 à 1870 guerre entre le Brésil et le Paraguay, trois cent trente mille hommes. 

De 1870 à 1871, guerre Fran­co-Alle­mande, deux cent qua­tre-vingt-dix mille hommes. 

De 1876 à 1878, guerre entre la Russie et la Turquie, cent qua­tre-vingt mille hommes. 

Si nous exam­inons main­tenant ce qu’à coûté seule­ment la guerre de 1870–71 à la France, nous trou­vons les chiffres suivants :

Bud­get extra­or­di­naire en 1870 (Déc­la­ra­tion de la guerre) un mil­liard, cent soix­ante-treize mil­lion, seize mille francs.

Dito en 1871 : sept cent mil­lions, deux cent vingt-deux mille francs.

Frais occa­sion­nés par l’oc­cu­pa­tion de 1871 à 1873 ; intérêts des sommes dues ; entre­tien etc. etc., un mil­liard deux cent vingt mil­lion, six cent soix­ante-cinqfrancs.

Indem­nités aux familles des sol­dats morts ou bless­es, cinquante mil­lions.

Impôt de guerre, prélevé par l’Alle­magne soix­ante-un mil­lion sept cent huit mille francs. 

Perte du non paiement de la taxe, trois cent soix­ante-qua­tre mil­lions cent qua­tre-vingt mille francs.

Ce qui représente le total de neuf mil­liard, deux cent qua­tre-vingt sept mil­lion, huit cent qua­tre-vingt deux mille francs francs, qu’à coûté la guerre de 70–71.

[|* * * *|]

L’An­gleterre de son côté a gaspillé en frais de guerre : 

De 1793 à 1815, guerre avec la France, vingt mil­liards sept cent qua­tre-vingt six mil­lions, cent soix­ante-un mille deux cent vingt-cinq francs. 

Si nous ajou­tons à ces dépens­es celles de ses cam­pagnes au Cana­da 1838 et 1843, avec la Chine 1840, 1843, avec les Caf­firs l848,1853, avec la Russie 1854–56, avec la Chine 1856–57 1860–61. Expédi­tion en Perse 1856–57, au Nou­veau-Zéland 64–65, en Abyssinie 66–68, en Ashantee 74–75, Zulu­trans­vaal 79–80. En Egypte 1883, et enfin divers­es expédi­tions de moin­dre impor­tance, Nous nous trou­vons en face de la somme de 23 mil­liards sept cents qua­tre-vingt qua­torze mil­lions huit cent soix­ante treize mille sept cents francs. 

Pour se faire une idée plus exacte du poids écras­ant de l’en­tre­tien de l’arme­ment chez les prin­ci­pales puis­sances, en Angleterre sûr 25 francs de recette au tré­sor, 20 francs 15 vont au bud­get de la guerre. 

Voulons-nous savoir le nom­bre des hommes sous les armes pen­dant la guerre 70–71, pen­dant que les « maîtres » nos « gou­ver­nants » ‘arrachent à leur famille, sans s’in­quiéter des mal­heureux qui restent à la « mai­son », con­sul­tons les sta­tis­ti­ciens Bourgeois. 

Extrait du Dic­tio­n­naire de sta­tis­tique d’après le Réform Finan­cial. Un mil­lion sept cents treize mille hommes Français et Alle­mands ont pris part à cette boucherie barbare. 

Après la guerre huit cents qua­tre-vingt dix-neuf mille seule­ment sont ren­trés dans leurs foy­ers et huit cents qua­torze mille man­quaient à l’ap­pel, mais comme nous le mar­quons plus haut si deux-cent qua­tre-vingt dix mille sont mort, que sont devenus les autres six cents neuf mille ? 

Dis­parus, désertés.

Enfin si nous emprun­tons le chiffre don­né par l’ab­bé Roc­ca La fin de l’an­cien monde, nous trou­vons que depuis 1800 jusqu’en 1884 plus de trente mil­lions d’hommes ont été assas­s­inés au nom de leur mère la Patrie ? et ce sont les sur­vivants des hor­ri­bles boucheries qui en ont payé les frais énormes que nous citons plus haut. 

Le lecteur remar­quera que dans les nom­bres que nous venons de don­ner ne fig­urent pas les expédi­tions de Tunisie, con­tre les Zoulous, Mada­gas­car, le Tonkin et divers­es expédi­tions au compte des autres puis­sances depuis 1884 ; cepen­dant com­bi­en de mal­heureux sont par­tis pour ces con­trées loin­taines et y ont été décimés mutilés, par l’enne­mi et les mal­adies choléra fièvres etc., com­bi­en aus­si revien­drons avec le germe rongeur de ces maux impi­toy­ables qui dans un temps plus ou moins éloigné les ter­rassent comme les cama­rades restés la bas.

Ces révéla­tions faites récem­ment dans un rap­port de l’un des Jean Foutres de la Cham­bre des députés ne donne-t-il pas a réfléchir aux souteneurs de ces poli­tiqueurs de toute nuance. 

Les protes­ta­tions de la marine locale, qui mérite toute les éloges dans cette cir­con­stance, nous ont épargné cette honte de faire mourir nos sol­dats par économie, mais 500 hommes qui ont plus de deux ans de séjour ici, qui sont anémiés et affaib­lis, vont rester exposés pen­dant encore plusieurs mois à toutes les mal­adies épidémiques du Tonkin. Beau­coup n’é­taient soutenus que par l’e­spérance de revoir bien­tôt leur pays ; beau­coup ne le rever­ront pas.

Voilà ! le patri­o­tisme de ces agio­teurs sans ver­gogne qui leur fait le nom­bre des vic­times les escar­celle ne s’emplie-t-elle pas de l’ar­gent qu’ils nous volent ? : 

Veut-on savoir ce que coûterait une guerre aujour­d’hui ? Voilà, à ce sujet ce que dit un jour­nal parisien. 

« Si une guerre éclatait aujour­d’hui, peut-on se faire une idée du nom­bre de vic­times sac­ri­fiés inutile­ment. Avec l’arme­ment for­mi­da­ble des puis­sances et le pro­grès inces­sant dans cet arme­ment réal­isé depuis 1871. » 

« On peut éval­uer sans être taxé d’exagérations ce nom­bre à peu près de 3 mil­lions d’hommes et les dépens­es a trente ou quar­ante mil­liards pour une année. 

(À suiv­re).