La Presse Anarchiste

Echos de la semaine

France

L’in­dif­férence tous les jours crois­san­té de la masse, en matière élec­torale, à le don de flan­quer un joli trac aux crétins « qui nous gou­ver­nent » Oyez plutôt :

« Le con­seil général de la Gironde a émis un vœu pour appel­er l’at­ten­tion du gou­verne­ment sur l’ab­sten­tion des électeurs dans les élec­tions, et deman­dant qu’une loi pénale assure l’oblig­a­tion du vote. » (Intran­sigeant).

O décrépi­tude, et lib­erté bourgeoises !

[|* * * *|]

Tou­jours de l’Intran­sigeant.

Le préfet de la Haute-Garonne et le chef du lab­o­ra­toire munic­i­pal de Toulouse sont allés à Ville­franche pour véri­fi­er les liq­uides et les den­rées des marchands qui suiv­ent les troupes, plusieurs indis­po­si­tions et cas d’empoisonnement ayant eu lieu.

Sans com­men­taires n’est-ce pas !

[|* * * *|]

Saint- Ouen-de-Thou­berville (Eure). — Encore une vic­time de la Patrie. Une jeune fille de quinze ans, nom­mée Léa Hort­ense Angrand est dev­enue folle depuis la mort de son frère, tué au Tonkin l’an dernier.

Laval. (Mayenne). — Des man­i­festes Aux Con­scrits, de la ligue des anti-patri­otes, ont été dis­tribués par des com­pagnons, sol­dats du 101e de ligne, au champ de manœu­vre de Laval ; nous félici­tons ces com­pagnons de la pro­pa­gande qu’ils ont fait.

Cho­let (Maine-et-Loire). — 10.690 ouvri­ers tis­serands sont on grève. Là, la rapac­ité cap­i­tal­iste s’est encore une fois de plus mon­trée à nos yeux sous son véri­ta­ble mais bar­bare aspect. On tra­vaille douze heures pour un salaire max­i­mum de un franc 45 par jour.

Hors de la ville, enfer­mé dans des caves sans air, presque sans lumière, on tra­vaille douze heures pour un salaire de soix­ante et quinze cen­times à un franc.

Mal­heureuse­ment, comme toutes les grèves paci­fiques, celle-ci sera encore une fois sans résultat.

Un moment l’e­sprit de révolte et la dig­nité humaines s’é­taient réveil­lés dans les cerveaux de ces forçats du tra­vail, mais bien­tôt, ils recom­menceront à « tra­vailler » pour un salaire aus­si dérisoire que par le passé.

Jusqu’au jour où de nou­veau las de tant de fatigues et de mis­ères, leurs estom­acs vides les lanceront la rage au cœur ; sur ceux qui sont l’ob­jet de leur mis­érable situation.

Allemagne

Robert Win­ter social­iste expul­sé de Franc­fort, fut con­damné récem­ment à deux mois de prison pour pro­pa­gande d’écrits socialistes.

Win­ter parvint cepen­dant à pren­dre la fuite ; mais on à décou­vert qu’un cer­tain Guil­laume Wiszn­er de Mayence, avait porté à la gare là malle de Win­ter, pour lequel il avait égale­ment pris un bil­let. Guil­laume Wiszn­er, mis en état d’ar­resta­tion, vient d’être con­damné à deux mois de prison.

On voit qu’il n’est guère avan­tageux de se faire le com­mis­sion­naire dans le pays de Bismark.

[|* * * *|]

Le 3 octo­bre ont com­mencée Leipzig devant le tri­bunal de l’empire le procès des anar­chistes. D’après les nou­velles, les débats se feraient à huis clos, et le comp. Neve serait défendu par l’av­o­cat Munck­el de Berlin.

Russie

Un grand procès nihiliste se jugera encore cette année à St-Péters­bourg. Par­mi les prévenus se trou­vent une quin­zaine d’of­ficiers de l’ar­mée Russe appar­tenant à tous les grades.

[|* * * *|]

Des plac­ards nihilistes ont été dis­tribués à St-Péters­bourg. Ils annon­cent la réor­gan­i­sa­tion du par­ti et la reprise de la pro­pa­gande par le fait.

Entre autres nou­velles, les nihilistes racon­tent que, grâce à la pro­pa­gande faite par les exilés en Sibérie, vingt-cinq pris­on­niers poli­tiques ont pu s’en­fuir, suiv­is dans leur éva­sion par quar­ante-trois geôliers.

Espagne

Linares – Un meet­ing social­iste a eu lieu ces. jours derniers. Plus de trois ; mille per­son­nes y assis­taient. Après un grand nom­bre de dis­cours des réso­lu­tions très énergiques ont été pris­es à l’é­gard des divers par­tis dont les menées politi­ci­ennes fatiguent la classe ouvrière.

Graza­le­ma (province de Cadix). – La gen­darmerie à arrêté quinze indi­vidus, laboureurs et jour­naliers, impliqués dans divers­es asso­ci­a­tions social­istes. Plusieurs livres et

Italie

Milan. — 8.000 maçons sont en grève, Ils récla­ment une aug­men­ta­tion de salaires. Comme tou­jours, il y a force arresta­tions ; la gen­darmerie arrête les plus militants.

Rome. — 15.000 maçons et ouvri­ers en bâti­ment sont égale­ment en grève. La cause de cette sus­pen­sion est encore due à l’in­suff­i­sance des salaires. Comme leurs cama­rades de Milan, au lieu de réclamer une aug­men­ta­tion, les grévistes feraient bien mieux de s’at­ta­quer à ce mon­stre qui est la cause de tous leurs maux : le capital.

Belgique

Gand. — Une grève impor­tante vient d’é­clater à Lede­berg-Gand, dans les fila­tures de lin Destaarke frères. Cette grève doit son son orig­ine aux inces­santes réduc­tions de salaire opérées sur les tra­vailleurs de cette mai­son par les exploiteurs qui la dirigent.

Same­di les grévistes se sont réu­nis vers six heures et demie, ont atten­du là sor­tie des ouvri­ers des autres étab­lisse­ments indus­triels qui se sont joints à eux ; et cette imposante man­i­fes­ta­tion a par­cou­ru les rues de Lede­berg jusque devant l’habi­ta­tion du con­tre-maître. Celui-ci a été hué puis les man­i­fes­tants se sont remis en marche en se dirigeant vers la demeure des exploiteurs Destaarke qui en indi­vidus prévoy­ants avaient pris soin de flan­quer leur porte de deux agents.

Les policiers furent entourés et mal­menés. L’un d’eux parvînt pour­tant à tir­er son sabre en faisant le moulinet. Dans cette bagarre aucun fait grave ne s’est produit.

La grève devient générale et il se pour­rait que d’i­ci quelques jours Gand devi­enne le théâtre de sérieuses man­i­fes­ta­tions de la part des grévistes.

États-Unis

Chica­go. — L’ar­rêt de mort pronon­cé par les bour­geois con­tre les sept anar­chistes de Chica­go vient d’être confirmé.

Sept hommes envoyés à la potence sous l’ac­cu­sa­tion d’avoir jeté une bombe — l’ab­surde de la con­damna­tion n’ar­rête même pas les bour­geois. Ils veu­lent ter­roris­er et sept potences leur sem­blent bonnes pour-cela.

L’exé­cu­tion doit avoir lieu le 11 novem­bre, et tout porte a croire que lors même que l’af­faire serait portée devant une Cour suprême fédérale, le résul­tat sera tou­jours le même.

Une femme de courage Madame Par­sons, par­court l’Amérique. Son audi­toire frémit de rage lorsqu’elle racon­te les détails inouïs de ce procès, où l’on a pour­suivi les idées sans même se souci­er d’ap­porter des preuves con­tre les hommes. Pou­vait-on, en effet, prou­ver qu’ils se soient mis à sept pour jeter une bombe ?

Most a aus­si pronon­cé dans un meet­ing mon­stre tenu à New-York la semaine passée, un dis­cours très énergique.

Tous les social­istes de Chica­go sont sur­veil­lés minu­tieuse­ment depuis un mois — du moins Eber­sold, chef de la police de Chica­go, s’en vante. Il s’at­tend à une résis­tance armée de leur part.