La Presse Anarchiste

Pourquoi ce Bulletin

À la suite du dernier Con­gres de la Fédéra­tion Anar­chiste à Bor­deaux, il est apparu aux cama­rades anar­chistes révo­lu­tion­naires que deux évi­dences s’im­po­saient désor­mais de façon indiscutable :

1) La Fédéra­tion Anar­chiste, recon­sti­tuée en 1954 sous la forme d’une union plu­ral­iste, ne peut que :
— ou demeur­er sous sa forme actuelle.
— ou disparaître.

La règle de l’u­na­nim­ité inter­dis­ant de façon rigoureuse toute mod­i­fi­ca­tion idéologique ou structurelle.

2) Con­tre ce refus de tout change­ment, des mil­i­tants s’in­sur­gent péri­odique­ment, mais d’une manière spo­radique et désor­don­née et le seul résul­tat de ces con­vul­sions néga­tives est d’af­faib­lir un peu plus le mou­ve­ment anarchiste.

Devant cette dou­ble évi­dence, les cama­rades anar­chistes-révo­lu­tion­naires mem­bres de la F.A. Déclarent :
— que, d’une part, ils ne souhait­ent pas la dis­pari­tion de la Fédéra­tion Anar­chiste, mais deman­dent à celle-ci de pren­dre réelle­ment et con­crète­ment le car­ac­tère d’une union plu­ral­iste. [[Voir plus loin, à ce sujet, la propo­si­tion du cama­rade Fayolle.]]
— et que, d’autre part, ils ne peu­vent con­tin­uer à militer dans l’équiv­oque et le con­fu­sion actuelles.

En con­séquence, ces cama­rades ont décidé d’établir une liai­son entre tous les anar­chistes-révo­lu­tion­naires de ce pays, qu’ils soient ou non mem­bres de la F.A. Cette liai­son aura pour objec­tif d’é­tudi­er les pos­si­bil­ités de créa­tion d’une organ­i­sa­tion spé­ci­fique anar­chiste-révo­lu­tion­naire struc­turée sur le dou­ble plan idéologique et organ­i­sa­tion­nel. Cette organ­i­sa­tion sera totale­ment indépen­dante, mais non séparée de la F.A. – dans la mesure où celle-ci se défini­ra comme une union pluraliste.

Nous désirons que la Fédéra­tion Anar­chiste demeure un trait d’u­nion entre tous les cama­rades se récla­mant, à des titres divers, de l’anarchisme.

Mais nous sommes égale­ment réso­lus à nous affirmer et à nous définir dans la triple per­spec­tive de l’or­gan­i­sa­tion, de la révo­lu­tion et de l’anarchisme.
— De l’or­gan­i­sa­tion, car nous con­sid­érons que tout mou­ve­ment social qui se veut être autre chose qu’un sim­ple témoin de son temps doit s’or­gan­is­er sérieuse­ment et se définir claire­ment. [[Dans un prochain numéro, nous pub­lierons un pro­jet de struc­tura­tion idéologique et organisationnel.]]
— De la révo­lu­tion, car nous con­sid­érons que tout change­ment d’en­ver­gure des actuelles sociétés humaines ne peut être que l’œu­vre d’une révolution.
— De l’a­n­ar­chisme, car nous con­sid­érons que celui-ci, en temps qu’­ex­pres­sion d’un social­isme libre, est la seule idéolo­gie capa­ble de s’op­pos­er à l’im­péri­al­isme cap­i­tal­iste, main­teneur des anci­ennes alié­na­tions, comme au social­isme marx­iste, créa­teur de nou­velles aliénations.

Nous nous ori­en­tons donc, sans aucune équiv­oque pos­si­ble, vers la créa­tion d’une organ­i­sa­tion spé­ci­fique­ment anar­chiste, sans aucune con­ces­sion aux modes pas­sagères de cer­taines philosophies.

Ce que nous voulons :
— Une organ­i­sa­tion claire­ment définie sur le plan idéologique et reposant sur de réelles struc­tures organiques, où les déci­sions seront élaborées à la base, dans les groupes.
— Des Con­grès sou­verains, où les déci­sions, à défaut de l’u­na­nim­ité, seront pris­es à la majorité, mais non con­traig­nantes pour la minorité.
— Des organ­ismes fédéraux chargés de man­dats exé­cu­tifs et col­lec­tive­ment respon­s­ables devant les Congrès.
— Une dis­ci­pline libre­ment con­sen­tie sur la base d’un con­trat.
— Un engage­ment total du mil­i­tant envers l’or­gan­i­sa­tion et un engage­ment col­lec­tif de l’or­gan­i­sa­tion envers chaque militant.
— Une lib­erté com­plète d’ex­pres­sion dans toutes les instances comme dans tous les organes du mouvement.

Ce que nous refusons :
— Le plu­ral­isme idéologique qui s’ex­prime par une var­iété infinie de ten­dances, dont les oppo­si­tions paral­y­sent toute pos­si­bil­ité de mouvement.
— La règle impéra­tive de l’u­na­nim­ité, qui inter­dit toutes pris­es de posi­tion collectives.
— Des organ­ismes fédéraux nom­més sans direc­tives, qui, ou bien n’agis­sent pas, ou bien se com­por­tent en « directeurs ».
— Un « Bureau poli­tique » ou un « Comité Cen­tral » qui diri­gent le mou­ve­ment « par en haut ».
— L’ab­sence de tout engage­ment entre l’ad­hérent et l’or­gan­i­sa­tion, ce qui trans­forme le mil­i­tan­tisme en « dilettantisme ».
— Le mono­lithisme sous toutes ses formes et, à l’op­posé son con­traire, le confusionnisme.

Sur ces bases, nous pen­sons qu’il est pos­si­ble de rassem­bler tous les anar­chistes-révo­lu­tion­naires de ce pays et de créer une organ­i­sa­tion cohérente, effi­cace, large­ment ouverte sur tous les aspect:s de la pen­sée et de l’ac­tion révo­lu­tion­naires, mais fer­me­ment fixée sur des bases anar­chistes.

Nous ne lançons d’ex­clu­sive con­tre per­son­ne. Nous appelons à nous rejoin­dre tous ceux qui pensent que, dans les temps que nous vivons, l’a­n­ar­chisme peut jouer un autre rôle que celui d’un spec­ta­cle folk­lorique ou d’une curiosité philosophique.

Nous sommes con­va­in­cus que cela est possible :
— si, d’une part, nous nous évadons des dis­cus­sions byzan­tines de ten­dances qui paral­y­sent notre mou­ve­ment et « le sec­oue d’an­née en année ».
— et, si, d’autre part, nous con­cevons notre posi­tion révo­lu­tion­naire sur un plan sérieux et réal­iste, qui rejette aus­si bien la dém­a­gogie ver­bale d’un « révo­lu­tion­nar­isme » d’opérette qu’une exal­ta­tion infan­tile de la violence.

Nous ne con­sid­érons pas l’a­n­ar­chisme révo­lu­tion­naire comme une ten­dance, mais comme une idéolo­gie com­plète, comme l’a­n­ar­chisme en action, dont l’ob­jec­tif est d’éd­i­fi­er une société d’hommes libres, égaux et responsables.

C’est dans cet esprit que nous appelons de nos vœux une organ­i­sa­tion révo­lu­tion­naire anar­chiste, dont l’indis­pens­able unité organique idéologique et tac­tique per­me­t­tra de forg­er un mou­ve­ment effi­cace et cohérent, seul capa­ble de faire sor­tir l’a­n­ar­chisme des zones d’om­bre où il végète actuellement

Cama­rades !

Ceci n’est qu’une pre­mière prise de contact.

Dans les numéros suiv­ants de ce Bul­letin, nous définirons avec plus de pré­ci­sions notre posi­tion et nos objectifs.

Mais, dés le départ, nous déclarons que :
— En aucun cas, nous ne nous lais­serons entrain­er sur le ter­rain des affron­te­ments per­son­nels.
— En aucun cas, nous n’u­tilis­erons l’in­jure, le men­songe ou la calom­nie en guise « d’arguments ».

Et notre souhait est que la Fédéra­tion Anar­chiste, en se définis­sant comme une véri­ta­ble Union Plu­ral­iste, reste le trait d’u­nion vivant et le lieu de ren­con­tre frater­nel où tous les anar­chistes se retrou­veront, non plus pour d’inu­tiles affron­te­ments, mais pour d’am­i­caux colloques.

Cama­rades anarchistes-révolutionnaires !

Une fois de plus un appel vous est adressé.

À vous de répondre.

Tout est encore pos­si­ble si nous le voulons – si vous le voulez.

Pour notre part, nous sommes prêts à tous les efforts et à tous les sac­ri­fices pour édi­fi­er, enfin, ce grand mou­ve­ment anar­chiste qu’e­spèrent tous les militants.

Prenez con­tact.

Écrivez-nous.

Envoyez nous vos avis, vos cri­tiques, vos suggestions.

Et si vous approu­vez cette action, aidez nous financièrement.