La Presse Anarchiste

Correspondance

[/Pays-Bas, « Liéfra », le 17 mars 1946./]

Cher Cama­rade, — Je viens vous deman­der de vouloir bien me don­ner quelques pré­ci­sions au sujet de cer­tains points de votre doc­trine indi­vid­u­al­iste, telle que vous l’ex­posez en par­ti­c­uli­er dans la brochure « Notre indi­vid­u­al­isme, ses reven­di­ca­tions et ses thès­es ». Voici ces quelques points :

1° – Qu’en­ten­dez-vous au juste par pos­ses­sion per­son­nelle à titre inal­ién­able du moyen de pro­duc­tion ; juridique­ment par­lant, si je puis m’ex­primer ain­si sans para­doxe, qu’en­ten­dez-vous en par­ti­c­uli­er par « inaliénable » ?

Je sup­pose que par là vous enten­dez que le pos­sesseur per­son­nel ne pour­ra un aucun cas être dépos­sédé de son moyen de pro­duc­tion ; naturelle­ment ce moyen de pro­duc­tion étant défi­ni, conne nous l’en­ten­dons à notre point de vue indi­vid­u­al­iste, c’est-à-dire stricte­ment lim­ité à ce que le pos­sesseur per­son­nel peut faire val­oir par ses pro­pres moyens, sans pou­voir exercer aucune exploita­tion ou dom­i­na­tion, quelle qu’elle soit et sur qui que ce soit.

Ici se présente une objec­tion : qui déter­min­era cette lim­i­ta­tion du moyen de pro­duc­tion à la capac­ité du faire-val­oir per­son­nel, capac­ité toute rel­a­tive d’un indi­vidu à l’autre ?

2° – D’autre part, par quels moyens envis­agez-vous ou envis­ageriez-vous la mise en pos­ses­sion à chaque pro­duc­teur, isolé ou asso­cié, de son moyen de pro­duc­tion inaliénable ?

3° – Quand vous par­lez de pos­ses­sion. inal­ién­able, en votre esprit, ce terme de « pos­ses­sion inal­ién­able » équiv­aut-il à pro­priété ? ou faites-vous la dis­tinc­tion que nous faisons juridique­ment entre pro­priété et pos­ses­sion, cette dernière étant enten­due seule­ment comme jouis­sance, usage, à titre viager par exemple ?

4° – Faites-vous une dis­tinc­tion entre la pro­priété du sol et celle d’autres moyens de pro­duc­tion, comme le font les par­ti­sans d’Hen­ry George ? en un mot admet­tez-vous la pro­priété indi­vidu­elle du sol et du sous-sol ? Ou encore sim­ple­ment la pro­priété super­fi­ci­aire du sol ? Ou leur sim­ple pos­ses­sion temporaire ?

5° – « Si, pour les indi­vid­u­al­istes à notre façon, le pro­duit seul peut être l’ob­jet d’échange, de don, de legs, etc., à la mort du pos­sesseur isolé ou asso­cié le moyen de pro­duc­tion ou son titre représen­tatif tombe dans le domaine pub­lic », dites-vous ?

Qu’en­ten­dez-vous égale­ment au juste par domaine pub­lic, en pareil cas ?

Com­ment con­cevez-vous cet arrange­ment entre isolés et asso­ci­a­tions, dont sous parlez ?

Ici, dans le pas­sage ci-dessus que je cite, n’y a‑t-il pas quelque con­tra­dic­tion avec cet autre où vous dites : « Pleine et entière fac­ulté de dis­po­si­tion de l’avoir indi­vidu­el, etc. (le moyen de pro­duc­tion et l’habi­ta­tion étant inclus dans cet avoir) ?

Je crois que la pré­ci­sion pra­tique de tous ces points et d’autres touchant nos idées dans le domaine social et économique ne serait pas super­flue — je la crois même indis­pens­able — et nous per­me­t­trait de bien situer nos con­cep­tions et nos posi­tions vis-à-vis de celles des social­istes, des com­mu­nistes bolchevistes, des com­mu­nistes lib­er­taires qui toutes, même celles de ces derniers, ne ne répon­dent pas vrai­ment, j’en suis de plus en plus con­va­in­cu, à notre tem­péra­ment ethnique.

Cette pré­ci­sion nous per­me­t­trait égale­ment de mieux asseoir notre pro­pa­gande sur le ter­rain pratique.

Con­séquem­ment, si je puis me per­me­t­tre de vous soumet­tre cette sug­ges­tion, ne croyez-vous pas que la pré­ci­sion de tous ces points par­ti­c­uliers, ain­si que d’autres de notre indi­vid­u­al­isme, pour­rait faire l’ob­jet d’une série d’ar­ti­cles dans l’« Unique » ?

Ces arti­cles seraient cer­taine­ment le point de départ de con­tro­ver­s­es entre nous, ce qui nous per­me­t­trai un échange de vues qui nous met­trait à même, cha­cun de nous, et d’en­richir notre esprit, et de mieux pré­cis­er notre pro­pre con­cep­tion de l’Individualisme.

[/Gérard Gayet./]