La Presse Anarchiste

Gelée Blanche

Telle une coquette marquise
Du siè­cle galant des Louis
Muant avec sa grâce exquise
Un teint de rose en teint de lys.

Notre cam­pagne limousine,
Tête blonde et cor­sage vert,
S’est mis un soupçon de farine
Pour mieux plaire à mes­sire Hiver.

Et c’est un spec­ta­cle magique ;
Les prés sont, comme au mois de mai,
Vêtus d’un man­teau magnifique
De lumineuses fleurs semé.

Les ajoncs et les folles herbes,
Les genets bor­dant le chemin,
Se dressent, roides et superbes,
Sous un cil­ice d’ar­gent fin.

Et quand, soudain, le soleil perce,
Il fait, sur le neigeux décor,
Pleu­voir, éblouis­sante averse,
Toutes ses gemmes et ses ors.

[/Jean Rebier

Extrait de Rimes d’An­tan,

poésies lim­ou­sines, char­mant recueil de poèmes,

éd. du « Gale­tou », Limoges./]