La Presse Anarchiste

Bibliographie

Au peu­ple souf­frant Par Marc Hyo­gène ― En vente chez Lenfant 43 rue des Soli­taires Paris. 50 cent.

Dans la pré­face qu’il écriv­it lui-même, l’au­teur se pro­pose d’être clair, pré­cis et sim­ple, d’éviter l’emploi de mots à mille pattes qui n’ar­rivent qu’à embar­rass­er le lecteur ou à l’éblouir plutôt qu’à l’instruire. 

L’au­teur a tenu sa promesse. C’est suc­cincte­ment, mais assez logique­ment qu’il traite chaque sujet. À part le chapitre de la Pro­priété où l’ex­posé n’est pas très clair, notre ami détru­it et sape à la base chaque préjugé, chaque insti­tu­tion. Mais à plusieurs repris­es, il reprend les fameuses théories du tra­vail anti­so­cial alors que nul n’ig­nore, qu’à part cer­taines pro­fes­sions que la dig­nité per­son­nelle n’au­torise pas d’ex­ercer, nous n’avons pas le choix de l’emploi qui don­nera les sub­sides néces­saires à notre exis­tence. Qu’est-ce qu’est au juste tra­vail antisocial ? 

À part cela, sans pré­ten­tion lit­téraire, notre ami a fait là une bonne besogne de vul­gar­i­sa­tion de la philoso­phie anar­chiste qui appelle l’at­ten­tion des cama­rades et de ceux qui veu­lent le devenir.

Cette brochure est une des rares pub­li­ca­tions anar­chistes-indi­vid­u­al­istes parues depuis quelque temps, et peut facile­ment être répan­due dans les milieux ouvri­ers ou autres car elle y portera ses fruits.

[/M. Lié­nard/]

La Muse Rouge Édi­tion trimestrielle de pro­pa­gande par la chan­son. Abon­nement un an 2 fr 50 c. Mau­rice Dou­bli­er salle Jules 6 boul. Magen­ta Paris Xe.

Deux chan­sons de notre cama­rade Bizeau, musique de A. Fay et A. Bléreau.

« Par le Tra­vail », « Nos Ennemis » 

Ces belles chan­sons ne pour­ront qu’af­firmer le suc­cès de la « Muse Rouge » auprès des camarades.

Le prêche rouge en exil Poème Sanglant 25 cent. « Chant du Cygne ».

Avec le por­trait de l’au­teur en redin­gote. Vol­ume de 48 pages. 1 fr 25. Ces deux œuvres d’A. de Lazareff sont en vente chez l’édi­teur Mme Mary Dis­ière 48 r. Descartes Paris 5e ; et aus­si chez Achille Le Boy dit le « Cama­radi­cide » estam­peur breveté des éditeurs.

Bul­letin du Comité de Défense Sociale Réap­paru et con­sacré à l’af­faire Rousset.

Le Comité met des ora­teurs à la dis­po­si­tion des groupes, pour l’or­gan­i­sa­tion de meet­ings. Il se réu­nit les mer­cre­dis Mai­son des Fédéra­tions à 9 h du soir. Quan­tité de villes ont des comités régionaux.

Le comité de défense sociale a déjà fait un tra­vail immense, sans bluff et sans esprit de coterie. Il est à soutenir pour sa bonne besogne. Cor­re­spon­dre aus­si sou­vent que pos­si­ble avec le tré­sori­er G. Ardouin 86 r. de Cléry Paris.

L’in­soumis Parais­sant irrégulière­ment 10 cent. A. Loru­lot 10 impasse Mont­fer­rat Paris.

Paru en couleur il con­tient au ver­so un man­i­feste antiélec­toral, signé les absten­tion­nistes-anar­chistes, qui peut être affiché pen­dant la péri­ode élec­torale municipale.

L’af­franchi Parais­sant irrégulière­ment. R. Fraigneux 39 r. de Cureghem Brux­elles. Envoi de 3 ex. de chaque numéro con­tre rem­bourse­ment des frais d’en­voi soit 50 cent. par an.

Pub­lie le texte d’un man­i­feste antiélec­toral. Il serait bon que beau­coup de cama­rades s’in­téressent à la bonne besogne de l’Af­franchi, car l’Af­franchi n’a pas de par­a­site et c’est à signaler ! 

Ce petit organe vrai­ment anar­chiste s’ef­force à lut­ter con­tre le courant for­mi­da­ble, uni­versel et de tou­jours qui roule pèle-mêle les politi­ciens anar­chistes et autres dans ses eaux fangeuses.