La Presse Anarchiste

Correspondance

[/À Ludovic Canoy/]

Voulant détru­ire la con­trainte, l’op­pres­sion, l’au­torité sous toutes leurs formes et n’im­porte com­ment elles se man­i­fes­tent, je me qual­i­fie « anarchiste ». 

Pour une foule de raisons énumérées par ceux que tu appelles « théoriciens » de l’a­n­ar­chisme-indi­vid­u­al­iste, qui prendraient trop de place à être exposées dans cette réponse et pour celles que je vais don­ner, je fais suiv­re le terme « anar­chiste » de celui « d’individualiste ».

La con­trainte, l’op­pres­sion, l’au­torité, sont des obsta­cles à mon développe­ment inté­gral. Ces sources de souf­frances, empêchent mes fac­ultés manuelles et intel­lectuelles de s’é­panouir en pleine lib­erté et dans le sens où elles désir­eraient se man­i­fester. D’où il résulte que de la sup­pres­sion de ces maux, j’ob­tiendrai « mon bon­heur » et par­tant… celui des autres.

Donc, anar­chiste pour un but égoïste, je me crois logique en le faisant suiv­re du terme « individualiste ».

Les anar­chistes de n’im­porte quelle ten­dance sont d’ac­cord sur le but à attein­dre — quoi que ce soit encore dis­cutable ― mais ils ne le sont sûre­ment pas sur les moyens pour attein­dre ce but.

Eh bien ! juste­ment pour cette rai­son, la ten­dance dénom­mée indi­vid­u­al­iste pré­con­isant d’autres moyens que les ten­dances anar­chistes-cat­a­strophiques-révo­lu­tion­naires, j’es­time qu’il est néces­saire de com­pléter l’é­ti­quette « anar­chiste » par un autre terme à seule fin de les dif­férenci­er et d’éviter les con­fu­sions pos­si­bles. Sans pré­ten­dre à l’in­fail­li­bil­ité, il me sem­ble que le terme « indi­vid­u­al­iste » pour toutes les raisons énon­cées par les « théoriciens » est tout indiqué pour cela et me satisfait. 

De même que pour éviter une con­fu­sion avec l’in­di­vid­u­al­isme bour­geois — genre Xavier, qui est celui que tu décris — j’es­time qu’il est néces­saire de faire précéder le terme « indi­vid­u­al­iste » par celui « d’a­n­ar­chiste » puisqu’anti-autoritaire.

Que dirais-tu, si allant chercher un cal­mant chez un phar­ma­cien qui aurait mal éti­queté ses fla­cons il te ser­vait par con­fu­sion un poi­son à la place de ce que tu lui aurais demandé ? Je crois que tu la trou­verais mauvaise. 

Pour une philoso­phie il en est de même, il est néces­saire que l’é­ti­quette qui la désigne soit com­plète pour éviter toutes sortes de con­fu­sions. En réal­ité, peu m’im­porte laque­lle, je ne défends pas le terme « indi­vid­u­al­iste » par par­ti pris ; si tu peux en trou­ver un autre qui me sat­is­fasse mieux, je suis prêt à l’adopter.

Je crois assez te con­naître pour savoir que tu acceptes la chose, mais que c’est le mot que tu rejettes ; prob­a­ble­ment crains-tu que ton anar­chisme se con­fonde avec l’in­di­vid­u­al­isme de Xavier. ta grande intim­ité avec lui — telle­ment grande que l’on pour­rait vous appel­er les « frères siamois » — devrait t’avoir appris que son indi­vid­u­al­isme n’est que théorique et… en reste là. 

Con­nais­sant votre intim­ité, je me demande si Xavier n’au­rait pas écrit son arti­cle pour que tu puiss­es com­bat­tre avec plus de force le terme « individualiste » ?

Heureuse­ment, il y a fagot et fagot.

Surtout, si tu me fais une réponse, ne reprends pas à ton compte, l’ar­gu­ment (?) de Xavier « tu ne me con­nais pas. »

Aus­si pour l’éviter, prendrais-je un pseu­do­nyme qui ne te dira peut-être pas qui je suis ; mais cer­taine­ment il t’indi­quera que je te connais.

[/Dermogène/]