La Presse Anarchiste

Assemblée générale du S.U.B.

Le Syn­di­cat Unique du Bâti­ment de la Seine a tenu une Assem­blée générale extra­or­di­naire le jeu­di 16 sep­tem­bre 1926, à la Salle Fer­rer, Bourse du Travail.

Deux ques­tions, intéres­sant par­ti­c­ulière­ment la vie du S.U.B., étaient à l’or­dre du jour, notam­ment : 1° l’op­por­tu­nité ou non de tenir un Con­grès extra­or­di­naire de notre vieille Fédéra­tion ; 2° l’ori­en­ta­tion syndicale.

Ces deux ques­tions impor­tantes ont retenu toute l’at­ten­tion des mil­i­tants ; une dis­cus­sion émou­vante s’en­suiv­it et tous les points de vue s’af­fron­tèrent librement.

Après avoir enten­du les cama­rades dans leurs exposés respec­tifs, la grande majorité de l’Assem­blée s’est pronon­cée pour la tenue dans le plus bref délai d’un Con­grès Extra­or­di­naire de la vieille Fédéra­tion du Bâti­ment, Con­grès qui, nous l’e­spérons, ori­en­tera d’une façon défini­tive la marche du mou­ve­ment syn­di­cal­iste de tous les tra­vailleurs du Bâti­ment de ce pays, face à tous les par­tis politiques.

Ne voulant à aucun prix que la dis­cus­sion puisse paraître étouf­fée, l’Assem­blée a décidé d’épuis­er l’or­dre du jour dans une prochaine réu­nion où le S.U.B., libre de toute entrave, con­tin­uera d’œu­vr­er, comme par le passé, pour l’af­fran­chisse­ment des tra­vailleurs par le syn­di­cal­isme révolutionnaire.

[/Faudry, Cour­tois./]

[|* * * *|]

À l’Assem­blée générale du S.U.B. qui a précédé celle du 16 sep­tem­bre, la ques­tion de l’ori­en­ta­tion avait déjà été soulevée et un cer­tain nom­bre de points de vue s’é­taient déjà fait jour. Ceux-ci peu­vent être énumérés dans l’or­dre suivant :

  1. Retour à la C. G. T. ;
  2. Retour à la C. G. T. U. ;
  3. Main­tien de l’au­tonomie fédérale sans par­ticiper au Comité d’Émi­gra­tion de l’A.I.T. ;
  4. Autonomie fédérale avec présence active au Comité d’Émi­gra­tion de l’A.I.T. et con­tact fréquent avec les syn­di­cal­istes de tout hori­zon, qui s’in­sur­gent con­tre les politiciens ;
  5. Liai­son organique des forces autonomes ;
  6. Con­sti­tu­tion d’une Con­fédéra­tion syndicaliste ;
  7. Con­tact avec l’As­so­ci­a­tion Inter­na­tionale des Tra­vailleurs et, éventuelle­ment, adhésion.

À cette Assem­blée générale il a été bien décidé de par­ticiper active­ment aux travaux du Comité d’Émi­gra­tion de l’A.I.T. Quant à l’ori­en­ta­tion générale, elle ne sera con­sid­érée qu’à la prochaine Assem­blée générale et met­tra surtout aux pris­es les par­ti­sans du retour à la C.G.T. et ceux de la con­sti­tu­tion d’une Con­fédéra­tion syn­di­cal­iste révo­lu­tion­naire dont les principes et le pro­gramme seraient très voisins des principes et du pro­gramme de l’as­so­ci­a­tion Inter­na­tionale des travailleurs.

Espérons que d’i­ci là les esprits de nos cama­rades se débar­rasseront de bon nom­bre de préjugés qui entra­vent leur mou­ve­ment et qu’ils sor­tiront de la dure épreuve ren­for­cés et ravivés, prêts à com­mencer une nou­velle page glo­rieuse du syn­di­cal­isme français d’avant-guerre.