La Presse Anarchiste

Au Japon, création d’une fédération libre des syndicats

Un Con­grès des Syn­di­cats du Japon s’est tenu à Tokyo le 24 mai, au cours de ce Con­grès, il fut décidé de créer la Fédéra­tion Libre des Syn­di­cats du Japon.

On se rap­pellera que déjà en 1922, à la suite du Con­grès d’Osa­ka, une fédéra­tion avait été fondée, unis­sant les grands syn­di­cats du pays. Mais les intrigues des com­mu­nistes qui entre­prirent leur œuvre per­ma­nente de scis­sion amenèrent le démem­bre­ment du jeune organisme.

Nos cama­rades fédéral­istes ne se tin­rent pas pour bat­tus. Con­va­in­cus que la seule base d’une organ­i­sa­tion sta­ble était le fédéral­isme lib­er­taire, ils se remirent an tra­vail et leur activ­ité fut couron­née de suc­cès au Con­grès de Mai.

Les principes sur lesquels la nou­velle Fédéra­tion est bâtie sont les suivants :

  1. Nous menons la lutte de class­es sur la base du développe­ment libre des ouvri­ers et des paysans.
  2. Ce développe­ment portera un car­ac­tère économique à l’ex­clu­sion de toute ten­dance politique.
  3. Nous procla­m­ons la Fédéra­tion lib­er­taire à base indus­trielle et sommes adver­saires de tout centralisme.
  4. Nous sommes con­tre l’in­va­sion impéri­al­iste et nous nous procla­m­ons en faveur d’une asso­ci­a­tion inter­na­tionale de la classe ouvrière.

Les organ­i­sa­tions suiv­antes ont don­né leur adhé­sion à la nou­velle Fédération :

  1. La Fédéra­tion Libre des Syn­di­cats de Can­ton, com­posée de treize organ­i­sa­tions ouvrières et d’une organ­i­sa­tion paysanne ;
  2. La Fédéra­tion Libre des Syn­di­cats de Kan­si, avec qua­tre organisations ;
  3. La Fédéra­tion libre des Syn­di­cats de Chang-Kon, aven qua­tre organisations ;
  4. La Fédéra­tion Libre des Syn­di­cats de Hirochi­ma, avec cinq organisations ;
  5. Deux Syn­di­cats du Livre de Hokaido.

Ceci donne un total de vingt-neuf syn­di­cats appar­tenant aux indus­tries suiv­antes : livre, gaz, boulan­gerie, mécani­ciens, manœu­vres, paysans, tex­tile et vête­ment. Des délégués, nom­més par les Unions Locales, ont pour devoir de créer au plus tôt des Fédéra­tions d’in­dus­trie et de pré­par­er le ter­rain pour une affil­i­a­tion inter­na­tionale demandée par le Con­grès. On pro­jette aus­si la con­vo­ca­tion d’une con­férence des syn­di­cats à hase fédéral­iste de l’Extrême-Orient.

Depuis juin paraît à Tokyo l’or­gane offi­ciel du nou­v­el organ­isme : La Libre Fédéra­tion.