La Presse Anarchiste

Le 1er congrès des coiffeurs autonomes

Le pre­mier Con­grès des Coif­feurs autonomes s’est tenu à Paris, les 18–19 septembre.

La ques­tion sur l’u­nité fut traitée ensem­ble avec celle de l’ori­en­ta­tion syn­di­cale. Le cama­rade Asse­lin­eau, sur la ques­tion de l’u­nité, et les cama­rades Lan­noy et Tix­i­er sur celle de l’ori­en­ta­tion syn­di­cale exposent le point de vue de la néces­sité urgente qu’il y a à regrouper les forces autonomes du pays pour faire front aux enne­mis ouverts ou masqués du pro­lé­tari­at Le cama­rade Huart, au nom de l’U.F.S.A., développe la thèse de l’u­nité des autonomes après quoi, le Con­grès adopte à l’u­na­nim­ité la réso­lu­tion suivante :

« Après avoir enten­du les délégués sur l’U­nité, le Con­grès con­state que celle-ci est absol­u­ment irréal­is­able en fait.

« Con­statant d’autre part que l’isole­ment des syn­di­cats est néfaste au mou­ve­ment syn­di­cal et qu’il est urgent pour le syn­di­cal­isme révo­lu­tion­naire de regrouper ses forces, décide de par­ticiper au Con­grès qui réu­ni­ra les syn­di­cal­istes de ce pays et de coopér­er à la créa­tion d’une organ­i­sa­tion nationale syn­di­cal­iste basée sur le fédéral­isme et don­nant de sérieuses garanties pour éviter le retour des événe­ments passés ».

Le Con­grès abor­da ensuite la con­sid­éra­tion des statuts de la Fédéra­tion Autonome des Ouvri­ers Coif­feurs qui furent adop­tés. Après quoi une réso­lu­tion flétris­sant la fas­cisme, basée sur le rap­port du cama­rade Guimard, fut votée dans le même esprit d’u­na­nim­ité qui régna dans tous les débats. Une dernière réso­lu­tion proteste con­tre le main­tien en prison de Sac­co et Vanzetti et con­tre la répres­sion qui sévit sur les mil­i­tants syn­di­cal­istes de tous les pays.

Nous souhaitons la bien­v­enue à la nou­velle Fédéra­tion autonome au sein de la famille syn­di­cal­iste révo­lu­tion­naire de ce pays regroupée autour du dra­peau du fédéral­isme et de l’anti-étatisme.