La Presse Anarchiste

Les arrestations en Italie

Manifeste de l’A.I.T.

[|À toutes nos organ­i­sa­tions adhérentes !

Aux Syn­di­cal­istes. Révolutionnaires !

Aux Anar­chistes !
|]

Cama­rades,

La répres­sion farouche ital­i­enne, voulant prof­iter d’un atten­tat man­qué sur le chef des can­ni­bales qui sévis­sent en Ital­ie, est en train de sac­ri­fi­er de nom­breux innocents.

Des cen­taines d’ou­vri­ers et de mil­i­tants révo­lu­tion­naires ont été empris­on­nés et, vu les cou­tumes fas­cistes et la soif de sang de leur chef, nous ne pou­vons que nous imag­in­er quel sera. le sort qui attend nos camarades.

Par­mi les pris­on­niers, il y a un homme auquel jusqu’i­ci le lâçhe crim­inel qui bafoue les des­tinées et le peu­ple n’a encore osé touch­er. Cet homme, c’est Malat­es­ta.

Le bour­reau de l’I­tal­ie pro­lé­tari­enne a oublié que s’il a pu étouf­fer l’opin­ion publique en Ital­ie, il en exis­tait encore une de par le monde qui se soulèverait en faveur de Malat­es­ta. Cet homme — le dernier sur­vivant de:la Pre­mière Inter­na­tionale dont nous représen­tons aujour­d’hui la pro­lon­ga­tion his­torique — sera le sym­bole pour toute agi­ta­tion con­tre la réac­tion ital­i­enne qui, aujour­d’hui, grâce à la nou­velle loi qui va réin­tro­duire la peine de mort même pour le soi-dis­ant crime de respon­s­abil­ité morale dans la lutte libéra­trice de l’I­tal­ie, men­ace la vie même de nos cama­rades et amis.

Pro­lé­taires du monde entier, syn­di­cal­istes révo­lu­tion­naires, anar­chistes ! Debout, vous tous, en Europe et en Amérique. Que votre voix se fasse enten­dre ! Qu’elle arrive jusqu’aux oreilles du gou­verne­ment du chef des assas­sins qui a des cen­taines et des cen­taines de mort sur sa con­science, depuis les mas­sacres de 1920 jusqu’à l’as­sas­si­nat de Mat­teot­ti, et qui pré­tend, à présent, se pos­er en victime.

Que tous les jour­naux élèvent leur protes­ta­tion énergique. Que nos Cen­trales envoient immé­di­ate­ment des télé­grammes à notre ami Malat­es­ta à la prison de regi­na coeli, Rome. Que des man­i­fes­ta­tions se fassent enten­dre aux portes des ambas­sades ital­i­ennes, protes­tant con­tre les assas­sins de la lib­erté de tout un peu­ple. Tout doit être mis en mou­ve­ment pour frap­per le régime mus­solin­ien — le boy­cottage com­mer­cial, moné­taire, poli­tique et autre.

Le triste assas­sin de Rome doit voir que la sol­i­dar­ité du monde ouvri­er entier est acquise au peu­ple d’I­tal­ie et que Malat­es­ta est le citoyen du monde que tous les hommes libres et tous les pro­lé­taires con­sid­èrent comme le plus grand de leurs frères.

Protestez vite et protestez énergiquement !

[/Le Secré­tari­at de l’As­so­ci­a­tion Inter­na­tionale des Travailleurs :

B. Lansink, R. Rock­er, A. Souchy/]

[(Nos lecteurs savent déjà que le cama­rade Malat­es­ta et, avec lui, une trentaine d’autres cama­rades, vien­nent d’être libérés. Des cen­taines d’autres restent encore en prison. L’ag­i­ta­tion ne doit donc pas s’ar­rêter ; elle doit pren­dre un plus grand élan ; elle doit forcer les bour­reaux de l’I­tal­ie pro­lé­tari­enne de libér­er tous ceux qui gémis­sent encore dans les geôles fascistes.)]