La Presse Anarchiste

Je pense… donc j’écris

Tout ce que nous voyons sen­tons et ressen­tons, tout ce que nous com­prenons ou croyons com­pren­dre — provient de nos sens. Notre « Moi » est tout l’Univers. 

[|* * * *|]

Une per­son­ne ne m’in­téresse qu’au­tant que je me vois en elle. Et je crois qu’il en est ain­si pour tout le monde.

[|* * * *|]

Je te com­prends — C’est-à-dire j’ai éprou­vé ce que tu ressens, car ou ne peut com­pren­dre ce qu’on n’a jamais ressenti.

[|* * * *|]

Je suis bon — C’est-à-dire je n’aime pas me faire mal.

[|* * * *|]

J’ai besoin d’aimer — C’est-à-dire j’ai besoin de caress­es, de pro­tec­tion et de soins.

[|* * * *|]

Tu me dis : « Il ne faut compter que sur soi ». — Mais si je ne suis pas viable seul ?

[|* * * *|]

C’est beau de dire : « Je n’ai besoin de per­son­ne. Je crée mon pro­pre bon­heur ». Mais ce n’est que de la littérature.

[|* * * *|]

Sou­vent quand on dit : « Je veux », c’est qu’on ne peut pas.

[|* * * *|]

« La volon­té de puis­sance » — C’est l’af­fir­ma­tion de son « Moi ». Un coup de poing sur la table, rien de plus.

[|* * * *|]

« Je suis fort, je ne crains per­son­ne ». À peine a‑t-il achevé ces mots, qu’un coup de revolver l’a­bat — à moins que ce ne soit l’in­fidél­ité de sa compagne.

[|* * * *|]

« Ceci est juste » — C’est-à-dire selon ma con­cep­tion sociale ou ma sen­si­bil­ité, je trou­ve cela juste.

[|* * * *|]

La réal­i­sa­tion intel­lectuelle, c’est la seule grandeur véri­ta­ble de l’Homme. Mais elle aboutit à ceci : Tout est vain. Il faut mourir.

[/R. M./]