La Presse Anarchiste

La Fontaine et sa philosophie

_

Nous venons de retrou­ver un pas­sage de l’é­tude d’Ix­i­grec, parue dans les fas­ci­cules de « l’U­nique » à par­tir d’avril 1940, pas­sage demeuré sur le « marbre ».

L’é­goïsme religieux est car­ac­térisé par « le roi qui s’est retiré du monde » et dans « le curé et le mort ». Le rat ermite s’est retiré dans un for­mage et refuse tout sec­ours à des pèlerins :

Mes amis, dit le solitaire,
Les choses d’i­ci-bas ne me regar­dent plus :
En quoi peut un pau­vre reclus
Vous assis­ter ? Que peut-il faire
Que de prier le ciel qu’il vous aide en ceci ?
J’e­spère qu’il aura de vous quelque souci.
Ayant par­lé de la sorte,
Le nou­veau saint fer­ma sa porte.

« Le curé et le mort » com­mence ainsi :

Un mort s’en allait tristement
S’emparer de son dernier gîte ;
Un curé s’en allait gaiement
Enter­rer ce mort au plus vite.

Les Procès sont con­damnés par le fab­u­liste dans « Les frelons et les mouch­es à miel », « Le chat, la belette et le petit lapin » et surtout « L’huître et les plaideurs » : 

Met­tez ce qu’il en coûte à plaider aujourd’hui ;
Comptez ce qu’il en reste à beau­coup de familles,
Vous ver­rez que Per­rin tire l’ar­gent à lui,
Et ne laisse aux plaideurs que le sac et les quilles.

Le droit des ani­maux est fort bien exprimé dans « Le loup et le berg­er ». Ce loup repen­tant veut se met­tre au régime her­bi­vore, mais lorsqu’il voit les berg­ers met­tre un agneau à la broche cela le fait chang­er de décision :

Ce loup avait rai­son. Est-il dit qu’on nous voie
Faire fes­tin de toute proie ‚[…]
Berg­ers, berg­ers ! le loup n’a tort
Que quand il n’est pas le plus fort.