La Presse Anarchiste

Une croisade

Qui croirait encore qu’il se forme actuelle­ment une armée de croisés pour aller batailler con­tre les infidèles ?

Au xixe siè­cle, ça sem­ble pas pos­si­ble, c’est pour­tant la pure vérité, nom de dieu !

En atten­dant qu’ils tail­lent en pièces les enne­mis, les nou­veaux croisés – cassent les vit­res pour attir­er l’attention.

Et surtout la mon­naie dans leurs caisses.

Cette armée est parait-il, des­tinée à aller dans l’Afrique, tir­er des mor­i­cauds des griffes des marchands de chair humaine.

Nom d’une pipe, elle sent bougre­ment le rous­si cette armée d’anti-esclavagistes – m’est mis qu’ils cherchent surtout à con­quérir des âmes au man­i­tou de Léon xiii.

C’est une jésuit­ière, quoi !

Et vous savez, c’est pas com­mode de s’engager dans ce four­bi-là ; ne pour­ra pas se crois­er qui voudra !

La pre­mière et prin­ci­pale des con­di­tions c’est d’avoir son puce­lage, car c’est des petits saints qu’il faut aux enrôleurs.

Aus­si sur 1 500 can­di­dats y a eu cinquante admis, – c’est comme au par­adis, nom de dieu !

Beau­coup d’appelés et peu d’élus !

Quels mœurs auront-ils les sol­dats de cette armée de crétins ?

Vu les con­di­tions exigées pour l’admission, c’est pas dif­fi­cile à savoir

Ils adoreront Dieu, la vierge Poignet et saint Geminy

[|* * * *|]

Et mille bombes, si ces bougres-là tien­nent réelle­ment à com­bat­tre l’esclavage, ils n’ont pas besoin d’aller se balad­er dans les pays loin­tains ; sans sor­tir de Paris ils trou­veront assez de marchands de chair humaine.

Seule­ment c’est pour la frime qu’on par­le de com­bat­tre l’esclavage, ce qu’on va chercher c’est un nou­veau royaume.

Et puis c’est un truc pour faire cas­quer les bonnes âmes de France.

Main­tenant que les petits chi­nois ne ren­dent plus, on se servi­ra des gros Africains pour faire ren­tr­er les monacos.