La Presse Anarchiste

Causerie… de Bulgarie

[/Philippole, le 28 sep­tem­bre 1920./]

C’est moi qui a reçu les deux brochures des pub­li­ca­tions du « Groupe de Pro­pa­gande par l’Écrit » que vous avez envoyées à l’adresse de mon frère. Ce dernier est mort il y a déjà trois ans de fatigues et pri­va­tions que la guerre avait créées. C’est une grande perte pour notre petit mou­ve­ment anar­chiste en Bulgarie.

Je viens de traduire en bul­gare le « Mes­sage de Kropotkine aux ouvri­ers occi­den­taux ». Il est sous presse.

Suiv­ant votre, exem­ple, nous avons fondé un petit Groupe de pro­pa­gande par l’écrit et le « Mes­sage de Kropotkine » con­stituera notre pre­mier numéro d’une série de pub­li­ca­tions que nous avons l’intention de faire paraître. Ici, nous sommes sous la pres­sion d’une grande réac­tion. Le régime de l’état de siège, de la cen­sure con­tin­ue à sévir depuis le début de la guerre. Le mou­ve­ment ouvri­er est sous l’influence des néo-com­mu­nistes (social­istes iiie Inter­na­tionale), mais déjà un mécon­tente­ment se des­sine dans les milieux ouvri­ers de ce que le par­ti ne rompt pas avec le, par­lemen­tarisme et ne suit pas le chemin de l’action directe. Le temps est prop­ice de faire une bonne pro­pa­gande anar­chiste : Mal­heureuse­ment, chez nous, comme chez vous, l’individualisme imbé­cile a fait ses rav­ages dans nos rangs et tout est à recom­mencer. Nous ne per­dons pas courage. Au con­traire, nous sommes sires d’aller plus vite et d’échapper aux fautes com­mis­es dans le passé, pourvu qu’il y ait la bonne volon­té pour une organ­i­sa­tion sur des bases fédératives.