La Presse Anarchiste

Catégorie : Iztok n°16 (septembre 1988)

  • Editorial

    Une fois de plus, le som­maire de notre revue se situera à con­tre-courant : non pas par goût, mais pour éviter d’am­pli­fi­er le tor­rent médi­a­tique qui établit et canalise l’in­for­ma­tion selon des critères qui sou­vent n’ont pas grand chose à voir avec les faits et les prob­lèmes des pays con­cernés. À l’heure où Gor­batchev l’Eu­ropéen fait…

  • La confrontation entre L’islam et le bolchévisme, Aperçus historique

    S’il est une ques­tion d’ac­tu­al­ité qui reste générale­ment pudique­ment ignorée dans notre par­ti, c’est cer­taine­ment celle de la guerre que se livrent en Asie cen­trale depuis bien­tôt sept décen­nies le bolchevisme et l’is­lam, deux idéolo­gies résol­u­ment antilib­er­taires et même lib­er­ti­cides. Iztok pour sa part n’a con­sacré jusqu’i­ci qu’un min­i­mum de place au prob­lème de la…

  • … Et les Azeris ?

    On ne sait guère de choses sur l’his­toire de l’Azer­baïd­jan avant la con­ver­sion de sa pop­u­la­tion à l’is­lam. La région de Bak­ou était prob­a­ble­ment peu­plée de descen­dants des Pers­es de l’An­tiq­ui­té ayant con­servé leurs cultes zoroas­triens ; elle reçut le nom d’Azer­baïd­jan, « pays du feu » ou « pays des ado­ra­teurs du feu », parce que ses habi­tants con­stru­i­saient…

  • Repères bibliographiques autur de A. Bennigsen

    Les événe­ments récents en Tran­scau­casie nous indiquent com­bi­en les ques­tions nationales restent aiguës en Union sovié­tique. Pour ce qui con­cerne les républiques musul­manes, l’un des meilleurs con­nais­seurs est sans con­teste en France Alexan­dre Ben­nigsen. Sa dis­pari­tion récente (il est mort le 7 juin 1988) nous donne l’oc­ca­sion de présen­ter l’essen­tiel de ses travaux relat­ifs à…

  • La Russie, premier candidat à la révolution sociale

    Iztok : Dans l’Aver­tisse­ment de Devant la guerre (Fayard, 1981) tu écrivais : « Depuis trente-cinq ans, je n’ai jamais cessé de penser ce que j’écrivais à nou­veau en 1977 : « Par­mi les pays indus­tri­al­isés, la Russie reste le pre­mier can­di­dat à une révo­lu­tion sociale. » » Cette année, dans la série d’ar­ti­cles sur l’URSS pub­liée par le quo­ti­di­en Libéra­tion, tu…

  • Les libertaires face au renouveau libéral à l’Est

    « Les libéraux d’une nation de garçons coif­feurs seront tou­jours plus garçons coif­feurs que libéraux » con­clu­ent Pierre Kende et Jacques Rup­nik dans l’ar­ti­cle d’in­tro­duc­tion au dossier con­sacré par la revue L’Autre Europe (n°15–16) au renou­veau libéral à l’Est. Cette para­phrase, d’un goût dou­teux, a le mérite de sig­naler les lim­ites de l’es­sor du libéral­isme dans cette…

  • Militaires contre alternatifs : le procès de Ljubljana

    Il y a deux ans, un procès poli­tique spec­tac­u­laire se tenait à Bel­grade [[cf. Iztok n°10 et 11. Sur le mou­ve­ment alter­natif en Slovénie, cf. Iztok n°14, pp. 29–37. Pour tout sou­tien aux accusés, con­tac­ter le Comité pour la défense de J. Jansa, D. Tasic, I. Borstner et F. Zavrl, c/o J. A. Derens, 7,…

  • Langue de bois : le bricolage sandiniste

    Qu’en est-il du dis­cours poli­tique au Nicaragua ? Enten­dons-nous bien : celui qui se pro­pose de faire accepter, con­naître et fonc­tion­ner les insti­tu­tions du régime actuel. La lec­ture de Bar­ri­ca­da, l’or­gane du FSLN, est aus­si édi­fi­ante que celle de Gran­ma ou de la Prav­da. Il en va de même de l’ensem­ble de la pro­duc­tion édi­to­ri­ale légale ou…

  • Pologne : Un mouvement anarchiste, oui !

    [(Voici la tra­duc­tion inté­grale d’un texte émanant de Gdan­sk qui cir­cule dans dif­férentes villes du pays et que nous venons de recevoir de Poz­nan. Edward Abramows­ki, auquel se réfèrent les auteurs de l’ap­pel, est un philosophe et soci­o­logue de Varso­vie, mort en 1915, qui représen­tait dans le mou­ve­ment anar­chiste polon­ais du début du siè­cle le…

  • R.D.A : Attentat a la parole

    [(L’ex­cel­lent zine Caladesh­nikov (c/o Eddy Bas­set, 155, chemin des Sables, 69400 Ville­franche) a réal­isé et pub­lié un entre­tien avec Imad, le gui­tariste du groupe de Leipzig. En voici quelques extraits.)] Q : Pourquoi le nom Atten­tat ? R : Nous nous appelons Atten­tat d’abord pour le côté provo­ca­teur du nom. Nous sommes paci­fistes, mais nous voulons cho­quer, inter­peller…