La Presse Anarchiste

Poème pour l’amie

L’Unique n°2 (juillet 1945)

Poème pour l’amie

N’a­joute pas à la souf­france de qui souffre,
Ne rends pas plus amer le coeur triste et déçu,
Ne creuse pas encor plus pro­fond l’af­freux gouffre
Où se débat celui qui n’avait point conçu

Que d’un des­tin cru­el il dût subir l’atteinte.
Ne sois pas cause qu’un seul pleur s’a­joute aux pleurs
Que verse qui gémit, angois­sé par la crainte.
À la douleur n’a­joute pas d’autres douleurs.

Prends garde d’élargir la béante blessure,
De faire encor saign­er l’ul­cère mal guéri.
Que douce soit ta main, que ton geste rassure :
Faute d’un ten­dre mot, tant d’e­spoirs ont péri.

Les soucis de l’a­mi, qu’ils soient les tiens ; ses peines
Prends-en ta pleine part comme tu la prendrais
Si la joie éclairait ses jours, si dans ses veines
À l’ap­pel du bon­heur un sang plus fort coulait.

E. Armand,
Camp de Chibron,
11 mars 1941.


Dans le même numéro :


Thèmes


Si vous avez des corrections à apporter, n’hésitez pas à les signaler (problème d’orthographe, de mise en page, de liens défectueux…

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom