La Presse Anarchiste

Éditorial


Toi qui as blessé un faible en méprisant son malheur,
ne te crois pas en sûreté, le poète se souvient.
Tu peux le tuer, un autre naî­tra, tous les actes, toutes les
paroles res­teront en mémoire.

Milosz
(texte gravé sur le mon­u­ment devant le chantier naval de
Gdansk)


« La nor­mal­i­sa­tion c’est aus­si plus encore que la peur,
l’a­p­athie et la résig­na­tion. La nor­mal­i­sa­tion ne réussit
que lorsque les gens n’ont plus d’e­spoir, lorsqu’ils ne croient plus
à une alter­na­tive, lorsqu’ils sont con­va­in­cus que toute
ten­ta­tive de résis­tance n’est qu’une folie, le plus sûr
chemin du sui­cide col­lec­tif ou individuel…

La
nor­mal­i­sa­tion est achevée au moment où la victime
devient com­plice de son bourreau.

La
nor­mal­i­sa­tion est accom­plie au moment où l’homme qui signe la
déc­la­ra­tion de loy­auté trans­forme son humil­i­a­tion en
agres­sion con­tre ceux qui ont le courage de résister.

La
nor­mal­i­sa­tion exige donc que s’ef­face la démar­ca­tion entre le
bour­reau et la vic­time, entre la vérité et le
mensonge. »

Alek­sander
Smo­lar, Paris, févri­er 1982 (in « L’Alternative »)

(Le
mot « nor­mal­i­sa­tion » a été inventé
par la dic­tature marx­iste après l’in­va­sion de la
Tché­coslo­vaquie par les chars du Pacte de Varso­vie. Le normal
pour eux c’est le refus du print­emps de Prague.)

Dans
l’édi­to­r­i­al de notre précé­dent numéro
(Iztok, sep­tem­bre 1981), nous avons dis­cuté l’éventualité
d’ar­rêter notre revue en français (l’édi­tion en
bul­gare con­tin­ue tou­jours). Et voilà, nous commençons
une nou­velle série, plus mod­este, plus espacée. Ce
numéro est presque entière­ment con­sacrée à
la Pologne 1980–81. C’est son exem­ple, sa leçon, qui nous a
presque obligé à con­tin­uer nous aus­si, nos efforts.
Nous sommes con­scients de nos insuff­i­sances, nos difficultés,
nos faib­less­es, mais mal­gré cela nous sommes con­scients aussi
de la néces­sité de par­ticiper (avec nos moyens et dans
nos lim­ites) à cette tâche qui est devant nous tous,
émi­grés poli­tiques de l’Est, rescapés des luttes
passées dans nos pays. Pour servir précisément
de mémoire à ceux qui sont réduits au
silence, et pour lut­ter con­tre l’a­p­athie et la résig­na­tion
quand la répres­sion frappe trop fort.

Iztok