La Presse Anarchiste

Pologne : Szweyk, publication antimilitariste

Out­re la revue Homek (cf. Iztok, n°12), le Mou­ve­ment pour une société alter­na­tive (en polon­ais : Ruch spoleczenst­wa alter­nati­wnego, R.S.A) édite aus­si Szweyk. Nous don­nons ci-dessous la tra­duc­tion de deux extraits du pre­mier numéro de cette pub­li­ca­tion qui ressem­ble plus à un tract qu’à une revue, aus­si bien par le for­mat que par le contenu.

L’in­térêt de ces textes réside surtout, selon nous, en ce qu’ils témoignent de l’aspect rad­i­cal et claire­ment anti­mil­i­tariste que peut pren­dre l’ac­tion paci­fiste en Pologne dans cer­tains groupes. Pour Lib­erté et Paix (Wolnosc i Pokoj : W.I.P.), le mou­ve­ment éco­lo-paci­fiste pro­pre­ment dit, implan­té dans toute la Pologne ou presque, l’ac­tion vis-à-vis du ser­vice mil­i­taire est surtout. hos­tile au ser­ment de fidél­ité à l’URSS et favor­able à un ser­vice de rem­place­ment. WIP ne s’op­pose pas au ser­vice mil­i­taire en tant que tel et n’ap­pelle pas la pop­u­la­tion à s’y sous­traire, car « le pres­tige de l’ar­mée est impor­tant : elle vient tout de suite après l’Église dans le cœur des Polonais ».

La posi­tion de RSA est à la fois plus claire et plus rad­i­cale, ne faisant pas de dis­tinc­tion entre paci­fisme et anti­mil­i­tarisme. Ce qui n’empêche pas, bien sûr, RSA, mou­ve­ment de Gdan­sk de col­la­bor­er avec WIP, et d’en présen­ter l’ac­tion dans Szweyk : « WIP ne se lim­ite pas au paci­fisme et man­i­feste aus­si sur la ques­tion des droits de l’homme, sur les prob­lèmes soci­aux et pour la défense du milieu naturel. » WIP ne se veut pas un groupe­ment poli­tique alors que R.S.A. se proclame libertaire.

Szweyk fait aus­si le point, briève­ment, sur la sit­u­a­tion des mou­ve­ments paci­fistes dans les autres pays de l’Est : RDA, Hon­grie, Tché­coslo­vaquie, URSS. La pub­li­ca­tion de ces infor­ma­tions dans les média des dif­férents groupes est un des aspects de la coopéra­tion qui s’or­gan­ise entre les mou­ve­ments paci­fistes indépen­dants de ces dif­férents pays (cf. l’Ap­pel pub­lié dans Iztok, n°13). Des résul­tats con­crets ont pu être observés ces derniers mois, que ce soit sur le plan de l’in­for­ma­tion, directe et indépen­dante, ou celui de la sol­i­dar­ité. On a même vu l’or­gan­i­sa­tion d’une ren­con­tre-sémi­naire en mai à Varso­vie où Lib­erté et Paix avait con­vié les paci­fistes indépen­dants de l’Est et de l’Ouest. La sol­i­dar­ité s’ex­prime par les let­tres de sou­tien échangées et les let­tres de protes­ta­tion envoyées aux gou­verne­ments, mais aus­si par des actions de rue telle celle de Lib­erté et Paix dont les mil­i­tants déploy­aient, début avril, sur la façade d’un immeu­ble du cen­tre de Varso­vie une ban­de­role de 10 mètres sur 3 deman­dant la libéra­tion de Petr Pospichal [[Petr Pospichal est sig­nataire de la Charte 77 et du VONS. Le CODENE (20, rue Chau­dron, 75010 Paris) fait cir­culer une péti­tion en sa faveur.]] en Tché­coslo­vaquie et celle de Zsolt Kesthe­ly, « pre­mier objecteur de con­science hon­grois pour des motifs poli­tiques », refu­sant de servir dans une armée pou­vant par­ticiper à des actions telles que la répres­sion du Print­emps de Prague.

Rap­pelons que R.S.A. est un mou­ve­ment ani­mé surtout par des jeunes, pour la plu­part élèves des lycées tech­niques et orig­i­naires des ban­lieues ouvrières de Gdy­nia, Grabuwek et Chy­lo­nia. D’autres textes de R.S.A. paraîtront dans nos prochains numéros.

Le bon soldat est le soldat qui pense le moins

« Les temps sont révo­lus où les uhlans galopaient sur leurs chevaux en faisant tournoy­er les sabres et étaient les mod­èles de ver­tu du citoyen, tou­jours beaux et splen­dides, en défen­dant la patrie comme en aimant les femmes.

« Même l’homme le plus raisonnable peut être dressé car rien ne lui vient plus facile­ment que l’héroïsme. C’est seule­ment au prix d’un grand effort qu’il peut s’en dégager. “La pro­pa­gande, la men­ace et un bon exem­ple fer­ont de cha­cun un héros presque sans volon­té.” (Bertold Brecht).

« Dans notre siè­cle atom­ique, le main­tien de la con­scrip­tion est une absur­dité. La guerre (si elle survient) se jouera en appuyant sur les bou­tons qui déclenchent la mise à feu des fusées, et non avec des sol­dats chargeant avec leurs pétoires sur les tranchées. Chez nous, l’ar­mée est oblig­a­toire. On exploite le sol­dat par un tra­vail gra­tu­it et on l’u­tilise pour la répres­sion de la résis­tance sociale. L’ar­mée s’ap­puyant sur les instincts ci-dessus décrits, toi, sol­dat, tu es d’abord per­sé­cuté comme “bleu” et un an après, “ancien”, tu per­sé­cutes la “bleu­saille”. L’ar­mée pop­u­laire polon­aise se fonde sur le fait que l’on manip­ule mieux les gens en les dres­sant con­tre eux-mêmes. L’ar­mée forme des batail­lons de man­nequins dressés à la trique, qui sont ain­si en état d’obéir à n’im­porte quel ordre, même le plus idiot. Il y aurait alors une paix royale. Toutes les grandes révoltes dans l’ar­mée, les déser­tions mas­sives, etc. ont tou­jours eu lieu à la fin et non au com­mence­ment des guer­res, à la fin quand tout le monde en avait assez de la guerre. Si la chair à canon était une créa­ture pen­sante, de nom­breuses guer­res n’au­raient pas eu lieu, et comme ce n’est pas le cas, il y en eut beaucoup…

« Ne vous trompez pas, ne comptez pas sur une quel­conque “armée à vis­age humain”, toute armée est stu­pide et c’est là-dessus qu’est basée sa force. En Pologne, tout ce qui s’écrit au sujet de l’arme­ment ou de la paix est de la lit­téra­ture de sci­ence-fic­tion, c’est de la pure blague, comme dit Witka­cy. Les pays de notre joyeux bloc applaud­is­sent la paix, mais font eux-mêmes le com­merce des armes. Et, par exem­ple, la Pologne vend des armes à l’I­rak qui depuis six ans est en guerre. Or, ven­dre des armes à ce pays équiv­aut à jeter de l’huile sur le feu. En plus, le camp “social­iste” vend des armes aux Pales­tiniens, au Nicaragua, à l’An­go­la et à la Libye. Ne par­lons même pas Sovié­tiques qui piéti­nent l’Afghanistan avec leurs tanks, tout en lançant les colombes de la paix à la télévision. »

Mouvement pour une société alternative

Le Mou­ve­ment pour une société alter­na­tive (R.S.A) lutte depuis sa créa­tion, c’est-à-dire depuis 1983, con­tre la mil­i­tari­sa­tion de la vie sociale dans notre pays.

La pos­si­bil­ité de faire un ser­vice civ­il au lieu du ser­vice mil­i­taire n’est pas pour nous une fin en soi, mais un moyen pour la liq­ui­da­tion de l’ar­mée en général.

La lutte con­tre l’ar­mée est un point de notre pro­gramme, dont le but est la destruc­tion du pou­voir de l’É­tat sur l’in­di­vidu, la dis­pari­tion la plus large de la force dans la vie sociale, la sup­pres­sion de la cen­sure, de la peine de mort. Nous lut­tons pour le droit de libre asso­ci­a­tion, pour le droit à une cul­ture et une édu­ca­tion indépen­dantes, nous lut­tons pour la défense du milieu naturel, nous sommes con­tre les cen­trales atom­iques sovié­tiques en Pologne. On n’ob­tien­dra pas cela immé­di­ate­ment par mir­a­cle mais avec la révo­lu­tion. Il con­vient de par­venir à ce but par étapes : aujour­d’hui cette étape est l’armée !

La base de notre mou­ve­ment est totale­ment l’af­faire des gens qui osent ne pas faire le ser­vice mil­i­taire, en se débrouil­lant avec de faux cer­ti­fi­cats médi­caux, en s’in­scrivant à l’u­ni­ver­sité pour éviter le « devoir d’hon­neur » ou qui créent une alter­na­tive con­tre la réal­ité par­ti-État par la contre-culture.

Que faire ?

jesus.jpg Sou­viens-toi : pen­dant la Pre­mière Guerre mon­di­ale ont prin­ci­pale­ment péri des sol­dats, pen­dant la Deux­ième Guerre mon­di­ale ont prin­ci­pale­ment péri des civils ; pen­dant la troisième guerre mon­di­ale, les sol­dats seront dans leurs bunkers et leurs doigts joueront sur le bou­ton de départ des fusées, et ain­si périront exclu­sive­ment des civils.

Avec elle se ter­min­era notre ère civil­isée et com­mencera celle de la militarisation.

À bas la militarisation !