La Presse Anarchiste

Editorial

Une fois de plus, le som­maire de notre revue se situera à con­tre-courant : non pas par goût, mais pour éviter d’am­pli­fi­er le tor­rent médi­a­tique qui établit et canalise l’in­for­ma­tion selon des critères qui sou­vent n’ont pas grand chose à voir avec les faits et les prob­lèmes des pays con­cernés. À l’heure où Gor­batchev l’Eu­ropéen fait la qua­si-una­nim­ité, où le débat sur l’avenir de l’Afghanistan est pudique­ment évac­ué et où l’on s’émeut, à juste titre d’ailleurs, sur les per­spec­tives incer­taines du nation­al­isme arménien, sans se deman­der si les Azéris n’avaient pas d’autres moti­va­tions que la pas­sion des pogroms, Iztok se penche sur l’his­toire de la résis­tance des pop­u­la­tions musul­manes à la coloni­sa­tion tsariste, puis sovié­tique. Les moments forts de la con­fronta­tion entre l’is­lam et le bolchevisme rap­pel­lent étrange­ment les infor­ma­tions que nous pou­vions recevoir ces dix dernières années d’Afghanistan sur l’héroïsme et la désunion de la résis­tance, l’at­ti­tude des com­mu­nistes afghans, les exploits meur­tri­ers et les revers de l’ar­mée rouge. Le choix des aspects his­toriques, n’est pas dû au hasard. D’un côté, la vision que l’on s’est forgée, y com­pris nous, lib­er­taires, sur la révo­lu­tion d’Oc­to­bre et la péri­ode qui s’en est suiv­ie n’a pas pris en compte cette dimen­sion con­sid­érable : la résis­tance des pop­u­la­tions musul­manes qui a été la seule à dur­er, sans inter­rup­tion, jusqu’aux années trente. De l’autre côté, le passé joue un rôle crois­sant, et red­outable, dans le présent soviétique. 

Le dic­tio­n­naire nicaraguayen dont il sera ques­tion dans « Langue de bois : le brico­lage san­din­iste » est paru longtemps avant ce que les Cubains appel­lent la cas­troï­ka mais les effets de cette dernière se font tou­jours atten­dre tant à Man­agua qu’à la Havane. Le lecteur pour­ra juger sur pièce, grâce aux matéri­aux que nous pro­posons, les argu­ments et les procédés néo-stal­in­iens de l’idéolo­gie prônée par les dirigeants san­din­istes le lende­main même de leur arrivée au pouvoir.

Pour quelle démoc­ra­tie lutte-t-on à l’Est ? C. Cas­to­ri­adis donne des pré­ci­sions en ce sens, après avoir expliqué ce qu’il entendait par « la Russie est le pre­mier can­di­dat à la révo­lu­tion sociale ».

L’ar­ti­cle inti­t­ulé « Les Lib­er­taires face au renou­veau libéral à l’Est » ten­tera de voir plus clair dans l’évo­lu­tion de l’op­po­si­tion depuis la libéral­i­sa­tion gorbatchévienne.

Dans le n°14, nous ren­dions compte, dans le détail, de la dynamique alter­na­tive en Slovénie, inédite à bien des égards dans le con­texte du social­isme (ir)réel. Plusieurs ani­ma­teurs du mou­ve­ment ont été arrêtés et sont passés, cet été, devant le tri­bunal mil­i­taire. Notre arti­cle sur la Yougoslavie présente le procès et son enjeu. Fidèle à sa voca­tion, le col­lec­tif Iztok s’est engagé, dès le début, dans les actions de sou­tien aux inculpés slovènes.