La Presse Anarchiste

Quelques repères libertaires

Quelques arti­cles sur la présence lib­er­taire en Yougoslavie ces dernières années sont parus dans la presse anar­chiste inter­na­tionale : bien que vagues, incom­plets, impré­cis, ils mon­trent que con­traire­ment aux autres Pays de l’Est, une influ­ence anar­chiste est per­cep­ti­ble. Il faut dire cepen­dant que tout en restant très strict du point de vue poli­tique, le régime Yougoslave est plus per­mis­sif que les démoc­ra­ties pop­u­laires (mais tout est relatif).

Tout d’abord une chose est à not­er : en Yougoslavie la lit­téra­ture anar­chiste est assez acces­si­ble, notam­ment dans les bib­lio­thèques : le pou­voir ne craint pas une cer­taine lib­erté de ce côté là. Mais il y a des lim­ites : ain­si la revue du par­ti argu­men­ti (cf l’ar­ti­cle précé­dent) a pu faire paraître une série d’é­tudes très hon­nête sur l’a­n­ar­chisme, et le numéro est épuisé. Mais les respon­s­ables de ces études ont été exclus de la rédac­tion de la revue.

Cette rel­a­tive acces­si­bil­ité de l’in­for­ma­tion sur l’a­n­ar­chisme n’empêche pas deux faits car­ac­téris­tiques que l’on retrou­ve partout : l’a­n­ar­chisme vague et spon­tané, et l’a­n­ar­chisme-ter­ror­isme-nihilisme des pro­pa­gan­des éta­tiques. Ain­si lors d’un voy­age en Yougoslavie en été 79, L. a ren­con­tré à Bel­grade un archi­tecte qui se dit anar­chiste, car l’a­n­ar­chisme c’est le véri­ta­ble social­isme. Mais « l’a­n­ar­chisme, une idée vague, un loin­tain espoir mêlé d’un roman­tisme un peu idéal­iste, ça ne va pas beau­coup plus pour mon nou­veau copain ». L’a­n­ar­chisme c’est aus­si pour beau­coup l’a­n­ar­chie (dans le sens péjo­ratif), le désor­dre. Ain­si Slo­bo­dan Drakulic dit que « l’a­n­ar­chisme a sou­vent été con­sid­éré comme une trahi­son de la révo­lu­tion. Et on utilise le mot comme syn­onyme de ter­ror­isme, de désor­dre et de con­fu­sion famil­ière­ment on dit « c’est l’a­n­ar­chie ». Aus­si est-il très dif­fi­cile pour un jeune de s’i­den­ti­fi­er à la pen­sée anar­chiste. » La pro­pa­gande des pou­voirs en place con­tre l’a­n­ar­chisme est partout la même. Et cette image de désor­dre, uni­verselle, est dur à effac­er mal­gré Reclus.

Au niveau plus stricte­ment poli­tique, s’il n’y a pas grand chose, on trou­ve cepen­dant des signes intéres­sants. Tou­jours pour Drakulic, on ne peut par­ler de courants anar­chistes organ­isés en Yougoslavie. Comme les con­di­tions de pro­pa­gande ne sont pas nor­males, tout est faussé. Il relève cepen­dant une assez grande sen­si­bil­ité des étu­di­ants aux idées anti-autori­taires. Et apparem­ment les idées lib­er­taires, si elles ne sont pas répan­dues, ne sont pas incon­nues : « la presse offi­cielle iden­ti­fie l’a­n­ar­chisme avec la bande à Baad­er ; dans la presse jeune et uni­ver­si­taire cela n’ar­rive pas ». Il y a pour­tant des gens qui se con­sid­èrent anar­chistes et qui agis­sent en Yougoslavie. Ain­si la Riv­ista Anar­chi­ca a pub­liée fin 1978 l’in­ter­view de « quelques com­pagnons, par­mi lesquels plusieurs anar­chistes, Yougoslaves, qui ont occupé une grande mai­son ». Le groupe était for­mé d’é­tu­di­ants, de tra­vailleurs, d’une ex-pros­ti­tuée et d’un mar­gin­al, et il a occupé pen­dant 15 jours une mai­son pour qu’on par­le du prob­lème du loge­ment. Elle était dev­enue durant l’oc­cu­pa­tion « un cen­tre de vie sociale et cul­turelle (qui) s’é­tait for­mé spontanément ».

Enfin il faut men­tion­ner sur le plan cul­turel une vague de groupes punk influ­encés par l’a­n­ar­chisme et par des groupes anglais tels que « Clash » ou « Crass » (groupe de rock ouverte­ment anar­chiste). Ces groupes, par­mi lesquels « con­trôle ouvri­er », « tes­tic­ule à poil », « canard péki­nois »…, véhicu­lent beau­coup plus des sen­ti­ments de révolte spon­tanés qu’une idéolo­gie poli­tique claire : il s’ag­it plus d’un anar­chisme « social » que « politique ».

Voilà ce que l’on peut relever sur l’in­flu­ence lib­er­taire en Yougoslavie. C’est peu parce que ce sont des don­nées frag­men­taires qui mon­trent quelques cas par­ti­c­uliers. Mais c’est encore beau­coup par rap­port au désert des autres Pays de l’Est et de l’URSS.

Mar­tin

Sources :

  • « Auto­ges­tion par décret » (inter­view de S. Drakulic) ; IRL. N°31 Ago­ra no1, traduit de Bici­cle­ta n°21.
  • « Impres­sions furtives au pays de l’au­to­ges­tion titiste », L. (Gr. Com­mune) ; le Monde Lib­er­taire du 20/09/79
  • « Occu­pazioni di case in Jugoslavia »  A.Rivista Anar­chi­ca 10/78
  • « A in Ju :Yugosla­vian Punk Rock » ; Tox­ic Grafit­ty n°4 late 79

Dans le même numéro :


Thèmes


Si vous avez des corrections à apporter, n’hésitez pas à les signaler (problème d’orthographe, de mise en page, de liens défectueux…

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom