La Presse Anarchiste

Nouvelles de la clandestinité libertaire en Pologne

[(En décem­bre 1982 parais­sait dans la presse lib­er­taire inter­na­tionale un appel du groupe SIGMA de Varso­vie. Nous avions fait dans notre dernier numéro de sérieuses réserves sur ce groupe. Le texte et le com­mu­niqué que nous vous présen­tons nous ont été trans­mis par des com­pagnons alle­mands et sont traduits de l’anglais. Ce com­mu­niqué provient du même groupe auteur du pre­mier appel inter­na­tion­al et qui a changé de nom depuis. Il donne des infor­ma­tions intéres­santes sur la résis­tance clan­des­tine lib­er­taire, ses pro­jets, les dif­fi­cultés qu’elle ren­con­tre et ses analy­ses. Il répond aus­si aux réserves que nous avions faites avec d’autres per­son­nes. Dans notre com­mu­niqué n°5 auquel il est fait allu­sion dans le texte de présen­ta­tion, nous disions que l’ap­pel signé SIGMA ne nous sem­blait pas clair car SIGMA est un club lié au Par­ti, légal, infil­tré par la police poli­tique, et qui n’avait jamais été anar­chiste, même avant décem­bre 1981. Les com­pagnons polon­ais con­fir­ment ces ren­seigne­ments et lèvent l’équiv­oque qui s’é­tait créée avec l’emploi du nom de SIGMA.)]

« Pour réalis­er nos plans et pour dif­fuser les idées lib­er­taires dans un plus large pub­lic en Pologne, nous avons besoin d’ur­gence de votre sol­i­dar­ité poli­tique mais aus­si pratique ».

C’est ain­si que se ter­mine un « Appel au Mou­ve­ment lib­er­taire de l’Ouest » signé par des lib­er­taires, qui a trou­vé depuis sa pre­mière pub­li­ca­tion en décem­bre 1982 un large écho dans la presse anar­chiste inter­na­tionale. Ces derniers jours nous sont par­v­enues de nou­velles infor­ma­tions de nos cama­rades de Varso­vie, qui ont fondé en juin le Groupe Emanuel Gold­stein et qui nous ont envoyé un pre­mier com­mu­niqué enreg­istré sur cas­sette dans lequel ils exposent leur sit­u­a­tion actuelle et leurs plans à court terme.

Tout d’abord, quelques mots sur le résul­tat de la cam­pagne de sol­i­dar­ité avec nos cama­rades polon­ais. Le fond de sol­i­dar­ité a été clos en juin avec 3500 D.M. (env­i­ron 1370 dol­lars US) qui ont été col­lec­tés par le mou­ve­ment lib­er­taire inter­na­tion­al. L’ar­gent a été remis aux lib­er­taires polon­ais à la mi-juin. À l’aide de cet argent, ils pour­ront main­tenant résoudre au moins les prob­lèmes tech­niques fon­da­men­taux liés à la pub­li­ca­tion de textes lib­er­taires en Pologne aujourd’hui.

Depuis l’an­née dernière, la sit­u­a­tion de nos cama­rades et les con­di­tions de leurs activ­ités ont empiré. À cause du manque total d’équipement tech­nique et de prob­lèmes financiers, le groupe n’a pas pu pub­li­er ses pro­pres tracts et son pro­pre jour­nal clan­des­tin comme il était prévu. À la place, ils ont essayé de dif­fuser leurs idées en écrivant des arti­cles dans la presse clan­des­tine de la gauche non dog­ma­tique comme Równość ou Miś et dans les jour­naux clan­des­tins de Sol­i­darność liés à son aile gauche. Après que Równość et Miś aient arrêté leur pub­li­ca­tion à cause de prob­lèmes de dis­tri­b­u­tion causés prin­ci­pale­ment par les dirigeants de l’aile droite de Sol­i­darność, le groupe n’a pu pub­li­er qu’oc­ca­sion­nelle­ment des arti­cles dans la presse clan­des­tine de Sol­i­darność. Out­re leurs dif­fi­cultés pour pub­li­er de la lit­téra­ture lib­er­taire, les cama­rades de Varso­vie n’ont pas pu entr­er en con­tact avec des groupes sim­i­laires en Pologne qui agis­sent tous dans de strictes con­di­tions con­spir­a­tives. À cause de ces prob­lèmes, ils ont con­cen­tré prin­ci­pale­ment leurs activ­ités sur la tra­duc­tion de textes lib­er­taires qu’ils espèrent pou­voir pub­li­er dès cette année.

Quelques incom­préhen­sions ont été causées par le nom SIGMA employé dans leur pre­mier « Appel au mou­ve­ment lib­er­taire de l’Ouest » (voir Iztok, com­mu­niqué n°5/1983, et Die Aktion, Anar­chic­tise­hes mag­a­zin n°2, 1983, p 18). La déci­sion d’u­tilis­er ce nom a été guidée par des raisons de sécu­rité, la con­fu­sion qui a été ain­si causée n’é­tait pas voulue. Aujour­d’hui SIGMA, qui existe encore à Varso­vie comme organ­i­sa­tion étu­di­ante légale, est dom­inée prin­ci­pale­ment par une frac­tion trot­skyste. D’un autre côté, SIGMA est sur­veil­lé très soigneuse­ment bien sûr par la police poli­tique qui essaie d’u­tilis­er SIGMA pour canalis­er le mou­ve­ment étu­di­ant oppo­si­tion­nel dans un cadre légal où il peut être con­trôlé facilement.

À cause des dan­gers liés aux con­tacts avec SIGMA, la plu­part des lib­er­taires ont rompu cette année toute rela­tion avec ce cer­cle étu­di­ant et ont for­mé en juin le groupe Emanuel Gold­stein, indépen­dant et clan­des­tin. (Ce nom est un hom­mage à George Orwell, dont le livre « 1984 » est un best-sell­er clan­des­tin, notam­ment par­mi la jeunesse polonaise).

Dans son pre­mier com­mu­niqué, le groupe Emanuel Gold­stein donne quelques infor­ma­tions générales sur la sit­u­a­tion actuelle de Sol­i­darność clan­des­tin et de l’aile gauche de l’op­po­si­tion polon­aise, suivi d’une descrip­tion de leurs prob­lèmes spé­ci­fiques pro­pres, de leurs plans et de leurs perspectives.

Daniel Birk

Communiqué du groupe Emanuel Goldstein (Varsovie) (transcription d’un enregistrement sur cassette)

(Musique au début, par un groupe de new-wawe polon­ais très pop­u­laire ; le refrain qui dit « Nous voulons être nous-mêmes » s’en­tend en polon­ais comme « Nous voulons frap­per les zomos », qui sont les unités spé­ciales de la police util­isées con­tre les manifestations)

Ceci est le pre­mier com­mu­niqué du groupe Emanuel Gold­stein Écoute bien cher cama­rade de l’Ouest !

Le 16 juin, nous avons fondé le groupe Emanuel Gold­stein. Nous sommes des lib­er­taires polon­ais, et voici quelques infor­ma­tions pour nos amis occidentaux.

Tout d’abord, quelques mots sur toute cette con­fu­sion autour de SIGMA. SIGMA est encore un groupe de gauchistes, mais ils sont act­ifs unique­ment dans les cadres légaux autorisés par le Par­ti Com­mu­niste. Nous ne voulons pas avoir de con­tact avec ces gens (aucun D.B.) . Avant le 13 décem­bre, la sit­u­a­tion était dif­férente. Quelques pos­si­bil­ités d’ex­primer des idées lib­er­taires dans des édi­tions exis­taient (dans la revue Nowa Gaze­ta Mazowiec­ka et dans la série de brochures Archi­wum Lewicy D.B.) . Main­tenant SIGMA est une sorte de soupape de sécu­rité. Elle peut être d’une grande aide pour la police secrète en rassem­blant des gens de gauche : il est plus facile de les con­trôler. En pas­sant, sig­nalons que main­tenant le nom­bre total de mem­bres de SIGMA est de 7 seule­ment. Avant la loi mar­tiale, il était de 50.

Nous ne com­prenons pas tout ce bruit et cette con­fu­sion autour de SIGMA dans la presse lib­er­taire occi­den­tale. Nous avons même un peu ri à ce sujet. Netchaev est encore vivant, non ? (Si je les ai bien com­pris, ils veu­lent dire ain­si que quelques cama­rades à l’ouest ont des visions con­spir­a­tives très extrav­a­gantes D.B.)

Et main­tenant quelques mots sur la sit­u­a­tion de l’op­po­si­tion de gauche rad­i­cale polon­aise. Les con­tacts (avec d’autres groupes D.B.) ont été rom­pus, notam­ment avec les maisons d’édi­tion clan­des­tines bien équipées. Elles voulaient deux fois plus d’ar­gent pour imprimer la lit­téra­ture clan­des­tine gauchiste. Des dirigeants de Sol­i­darność ont ordon­né de ne pas dis­tribuer ce genre de pub­li­ca­tions. Pour don­ner un exem­ple, les dirigeants de Sol­i­darność ont plusieurs fois stop­pé la dis­tri­b­u­tion d’un jour­nal gauchiste appelé Miś (l’Our­son) à cause de ses posi­tions révo­lu­tion­naires et anti­cléri­cales. Ain­si vous pou­vez pub­li­er quelque chose et vous ne savez pas si vous aurez une chance de le dis­tribuer par les réseaux de dis­trib­u­teurs de Sol­i­darność. Un autre exem­ple est celui de Równość (Égal­ité). Les imprimeurs clan­des­tins ont pris l’ar­gent pour Róvność et ont promis de tir­er 2000 exem­plaires ; actuelle­ment, ils n’en ont tiré (pour le même prix D.B.) que 500.

Les élé­ments de droite de Sol­i­darność ― nous pou­vons même dire cela de toute sa direc­tion ― ont com­mencé une cam­pagne con­tre ces pub­li­ca­tions en les accu­sant de trahi­son nationale et de provo­ca­tion poli­tique. Dans cette cam­pagne, les plus act­ifs ont été des gens liés à un jour­nal catholique clan­des­tin appelé Vic­to­ria, qui a l’im­age de la Vierge dans son logo. Dans un autre jour­nal appelé Niepodległość (Indépen­dance) ― dans son n°8 de 1982 ― ils ont pub­lié un arti­cle où ils accu­saient Równość d’être un jour­nal de la police politique.

D’un autre côté, les pub­li­ca­tions lib­er­taires sont très pop­u­laires par­mi les tra­vailleurs polon­ais, même s’ils sont catholiques. Ils sont réelle­ment intéressés par les idées anar­chistes, surtout parce que la pro­pa­gande offi­cielle utilise le mot anar­chie dans un con­texte négatif et comme quelque chose d’anticommuniste.

Et main­tenant quelques mots sur le mou­ve­ment de Sol­i­darność clan­des­tin. Sol­i­darność n’est pas une organ­i­sa­tion homogène. Seule une par­tie de ses (anciens D.B.) mem­bres ― près de 100.000 ― est encore active, par exem­ple dans le domaine de la dis­tri­b­u­tion de la lit­téra­ture clan­des­tine, surtout les jour­naux. Nous pou­vons prob­a­ble­ment dire que leur nom­bre total d’ex­em­plaires par mois va de 3 à 8 mil­lions. Le Cen­tre de Recherche Sociale, dis­si­dent, de la région de Mazovie (une organ­i­sa­tion de Sol­i­darność D.B.) a con­nais­sance de plus de 1200 jour­naux clan­des­tins dif­férents pub­liés dans tout le pays, y com­pris dans des villages.

Les mem­bres les plus act­ifs de Sol­i­darność clan­des­tin sont les tra­vailleurs, avant tout les tra­vailleurs des grandes usines des prin­ci­paux cen­tres indus­triels, les étu­di­ants des uni­ver­sités et les intel­lectuels. En général, les tra­vailleurs ne sont pas intéressés aujour­d’hui par les petites grèves cour­tes. Bien sûr, quelques grèves ont lieu de temps en temps, mais elles ont avant tout un car­ac­tère économique. La ten­dance est à la pré­pa­ra­tion de la grève générale pour le futur, quand les cir­con­stances seront meilleures. Il y a deux points de vue sur le but de la grève générale par­mi les dirigeants de Sol­i­darność clandestin :
— la pre­mière est la ten­dance à une entente nationale (avec la junte mil­i­taire de Jaruzel­s­ki D.B.) qui incluerait la restau­ra­tion de Sol­i­darność comme syn­di­cat légal sans change­ments impor­tants du régime poli­tique en Pologne. Cette ten­dance n’a pas un grand sou­tien des gens mais quelques dirigeants ― par exem­ple W. Hard­ek de Cra­covie ― la sou­ti­en­nent. C’est une sorte de (stratégie D.B.) réformiste, très dou­teuse dans ses résultats.
— la sec­onde ten­dance ― la plus forte ― au sein de la direc­tion de Sol­i­darność, par exem­ple à Wro­claw, en Mazovie et aus­si à Nowa Huta, est le ren­verse­ment du sys­tème poli­tique par des méth­odes révo­lu­tion­naires. Mais d’un autre côté, cette ten­dance n’a pas trou­vé l’ex­pres­sion de ses moyens (et per­spec­tives D.B.) politiques.

Actuelle­ment les meilleures chances sont prob­a­ble­ment du côté de ceux qui sont pour un par­ti social révo­lu­tion­naire dans la tra­di­tion social démoc­rate (russe D.B.), util­isant des méth­odes révo­lu­tion­naires pour par­venir au pou­voir poli­tique dans le futur. Les forces nation­al­istes-cléri­cales pour­raient avoir aus­si une grande influ­ence dans le futur.

Et main­tenant, écoutez nos vues sur la sit­u­a­tion Nous avons besoin avant tout de dire que toute tra­di­tion gauchiste et lib­er­taire a été détru­ite par les com­mu­nistes Aus­si nous soutenons les ten­dances lib­er­taires qui exis­tent dans Sol­i­darność ; aujour­d’hui la ten­dance sociale révo­lu­tion­naire et demain, après son (Sol­i­darność. D.B.) pos­si­ble éclate­ment, les ten­dances proches de l’a­n­ar­chisme et de l’a­n­ar­cho-syn­di­cal­isme. Ces posi­tions sont par exem­ple l’aspi­ra­tion à l’au­tonomie des tra­vailleurs, au con­trôle ouvri­er et à l’idée très pop­u­laire de la société auto­gou­vernée. Les réac­tion­naires veu­lent con­trôler totale­ment ces ten­dances, et en con­séquence notre but est de soutenir les élé­ments lib­er­taires et d’at­ta­quer les nation­al­istes cléri­caux. Dans le cas d’un con­flit général, par exem­ple une grève générale, notre place sera bien sûr dans Solidarność.

Nous dif­fuserons les idées lib­er­taires par des pub­li­ca­tions et (nous essaierons D.B.) de gag­n­er plus de sym­pa­thisants à l’a­n­ar­chisme par­mi les étu­di­ants, les tra­vailleurs et les intel­lectuels. Cette année, nous essaierons de résoudre les prob­lèmes tech­niques et de dis­tri­b­u­tion liés à l’édi­tion. Tout d’abord, nous allons acheter du matériel d’im­pres­sion qui nous ren­dra indépen­dants de Sol­i­darność et des imprimeurs privés. Les con­tacts avec ces gens (prin­ci­pale­ment avec les imprimeurs privés D.B.) sont tou­jours une source de grands dan­gers. Bien sûr, nous avons quelques prob­lèmes avec le papi­er, l’en­cre à imprimer et autres four­ni­tures d’im­primerie. Nous espérons résoudre tous ces prob­lèmes. L’autre prob­lème prin­ci­pal est la dis­tri­b­u­tion. Nous essaierons de gag­n­er dif­férents réseaux. D’abord le réseau de Sol­i­darność, et dans une per­spec­tive à long terme mon­ter le notre pro­pre. Nos plans com­pren­nent des séries de brochures, dans un pre­mier temps des tra­duc­tions de textes anar­chistes russ­es et occi­den­taux de base et aus­si nos pro­pres inter­pré­ta­tions. Par exem­ple, il y aura les tra­duc­tions de Nico­las Wal­ter « Pour l’a­n­ar­chisme », Mur­ray Bookchin « Écoute marx­iste ! », quelques courts textes de Pierre Kropotkine, une antholo­gie de poèmes anar­chistes polon­ais, quelques vieux textes lib­er­taires polon­ais d’(Edward) Abramows­ki et de (Jozef) Zielin­s­ki et bien sûr quelques textes satiriques en rap­port avec la sit­u­a­tion actuelle. Nous éditerons aus­si des tracts en dif­férentes occa­sions, le 1er mai par exem­ple. À long terme, nous essaierons de sor­tir une revue, peut-être men­su­elle ou trimestrielle, qui sera une plate-forme pour les idées libertaires.

Et enfin, nous voudri­ons exprimer notre grande, grande grat­i­tude à tous les cama­rades du mou­ve­ment lib­er­taire à l’Ouest ― par­ti­c­ulière­ment d’I­tal­ie, de Hol­lande, des États-Unis et d’autres pays ― Bard­zo Was dzieku­je­my, mer­ci beau­coup. Votre aide et votre sol­i­dar­ité pra­tique sont très impor­tantes pour nous. Nous ne l’ou­blierons jamais.

Pour pour­suiv­re nos buts lib­er­taires, nous devons aller ensem­ble, nous com­pren­dre mutuelle­ment, échang­er des infor­ma­tions sur la sit­u­a­tion des deux côtés.

Votre aide est l’un des pre­miers coups con­tre le mur de l’é­tatisme qui nous divise. Ensem­ble, nous l’abattrons !

Varso­vie, le 16 juin 1983 Groupe Emanuel Goldstein

Les notes D.B. dans le texte sont de Daniel Birk

Nous pos­sé­dons un exem­plaire de ce com­mu­niqué enreg­istré. Pour en avoir un dou­ble, envoyez- nous sim­ple­ment une cas­sette vierge pour sa dupli­ca­tion (il dure env­i­ron 15 mn.)

L’«Appel au mou­ve­ment lib­er­taire de l’Ouest » est disponible en français dans Le Monde Lib­er­taire du 09/12/82 et dans Ago­ra n°14 de l’hiv­er 1983. Sur SIGMA, vous pou­vez lire aus­si le Com­bat Syn­di­cal­iste n.s. n°3 du 31/ 01/83 ain­si qu’Iztok, n° hors série de sep­tem­bre 1982 et n°6 de mars 83.