La Presse Anarchiste

Catégorie : Le Communiste n°5 (23 avril 1892)

  • Aux moralistes jugeurs de l’Anarchie ! ! !

    Un homme, presqu’un incon­nu, vient à lui seul, de sec­ouer ter­ri­ble­ment et à la fois, le monde des jouis­seurs et des crève-faim. Son seul fait a pu en quelques jours ter­ri­fi­er les uns et rem­plir de joie le cœur des autres ! Le seul nom de cet homme sym­bol­ise dès aujour­d’hui, la vengeance bru­tale et prompte…

  • Chinoiseries anarchistes du 1er Mai

    Encore une fois nous allons assis­ter à l’ig­no­ble plaisan­terie dont les organ­isa­teurs idiots ou cra­pules, pré­par­ent la mise en scène dans tous les endroits où la cré­dulité pop­u­laire est bonne à exploiter ! Encore une fois peut-être, les balles bour­geois­es iront trouer des poitrines humaines sans défense, pour le bon plaisir et par l’u­nique faute de…

  • Autopsie d’une vipère anarchiste

    Décidés d’en finir avec ce rep­tile dont le nom MERLINO a empoi­son­né nom­bre de tartines, bouquins, dis­cours et autres élu­cubra­tions héris­sées de con­tra­dic­tions men­songères, sour­des dénon­ci­a­tions et calom­nies jésui­t­iques, qui mon­trent ce type rachi­tique tout pour­ri de van­ité et d’am­bi­tions mal­saines, pour la plus grande preuve de son inin­tel­li­gence. Nous voulons dès aujour­d’hui, l’ex­pos­er tout…

  • La liberté en Angleterre

    L’hypocrisie des gou­ver­nants Anglais est sans limites Mar­di dernier une demie-douzaine de policiers, par­mi lesquels le sieur Melville fai­saient irrup­tion dans les locaux du Com­mon­weal, jour­nal anar­chiste de Lon­dres, où durant une perqui­si­tion de deux heures, ils saisirent cor­re­spon­dance, doc­u­ments et tout ou par­tie du matériel ser­vant à l’im­pres­sion du jour­nal, après quoi, ayant déjà…

  • Virilité du mouvement anarchiste

    À aucune époque de l’his­toire, il n’a été autant qu’au­jour­d’hui ques­tion d’A­N­AR­CHIE. De fait, de tous côtés à la fois, s’élèvent des clameurs d’épou­vante par­mi les repus et des « Hur­rah » d’e­spoir chez les vain­cus du cap­i­tal. En un mot, c’est le cap­i­tal qui lui-même trem­ble aujour­d’hui sur sa base en face de son antique enne­mi…