La Presse Anarchiste

Catégorie : Témoins n°29 (mars 1962)

  • Lectures

    Julien Teppe, écrivain mécon­nu, pub­lie avec régularité quelque ouvrage dont le sujet n’est jamais quel­conque et dont la sub­stance mérit­erait tou­jours plus d’attention quelle n’en éveille par­mi les gens qui lisent. Cela est très regret­table. Il con­vient toute­fois de dire que Julien Teppe ne fait de con­ces­sion ni à la facil­ité ni au conformisme, encore moins aux attraits…

  • Lectures

      Yves Gibeau nous avait déjà gâtés avec deux précé­dents ouvrages de la même veine : Allons-z-enfants et Les Gros Sous. La guerre, c’est la guerre… ne pour­ra que nous con­firmer dans notre opin­ion que le roman dit « engagé » n’est pas forcément, comme le pré­ten­dit naguère Eugène Mont­fort, un mau­vais roman. Certes on com­prend bien, dès l’abord, qu’Yves Gibeau n’a pas…

  • La poésie

    Dans In memo­ri­am deux poèmes de Luci­enne Desnoues imprimés à Manosque par Antoine Rico avec la même perfection qu’il sut don­ner aux « Cahiers de l’artisan », le poète du « Jardin délivré » et de tant d’autres belles œuvres évoque le sou­venir de Lucien Jacques en des vers qu’il eût aimés et dont nous ne pou­vons nous retenir de citer…

  • Spectacles

    Dans un numéro de revue comme celui-ci, cen­tré, pour l’essentiel, sur le prob­lème du racisme, le spec­ta­cle dont il serait le plus urgent de ren­dre compte est assuré­ment la dernière pièce de Max Frisch, Andor­ra. Mal­heureuse­ment, cette œuvre de l’auteur de langue allemande actuelle­ment, avec son com­pa­tri­ote Dür­ren­matt, le plus en vogue, n’a pas encore paru sur les scènes…

  • Périodiques

      C’est il y a, je pense, env­i­ron deux ans, au cours d’une conversation ami­cale où s’opposaient alors (je souligne alors) nos appré­ci­a­tions du régime qui se qual­i­fie de Cinquième République, que je dus à Alfred Ros­mer d’entendre pour la pre­mière fois pronon­cer le nom de la revue d’André Bre­ton, Le 14 juil­let, et la…

  • Maxime Girieud et Giovanna berneri

    Maxime Girieud Bien peu de temps après son ami Lucien Jacques, dont il avait encore pu ten­ter d’évoquer le sou­venir ici même l’été dernier, dans notre numéro de juin, Maxime Girieud, le 11 novem­bre, entrait dans le grand repos. La mort ne l’aura pas sur­pris : il était âgé de qua­tre-vingts ans, et toutes ces dernières années une santé…