La Presse Anarchiste

Catégorie : Témoins n°30 (été 1962)

  • Périodiques

      Rava­chol, n° 2, nivôse 1962 Ronéo­typé en Suisse, cet excel­lent fas­ci­cule entière­ment consacré à l’Espagne s’ouvre par un édi­to­r­i­al qui débute ain­si : « L’ensemble de ce numéro est entièrement con­di­tion­né par un événe­ment pré­cis : le procès de qua­tre jeunes anar­chistes qui, en février 1961 à Genève, attaquèrent le consulat d’Espagne. Les arti­cles assem­blés ont pour…

  • Impardonnable Camus

      Impar­donnables en effet, ce tal­ent (lui a‑t-on assez reproché de bien écrire!), cette intégrité, cette vig­i­lance qui se refuse à toutes les Eglis­es méta­physiques ou poli­tiques, cette volon­té scrupuleuse de n’oublier jamais qu’il y a et la beauté et les mal­heureux — comme il y a aus­si et l’absurde et l’impératif du bonheur. Sinon com­ment expli­quer la…

  • Jeanne Berneri (1897—1962)

    Pour ren­dre un dernier hom­mage au grand cœur, à l’infatigable activ­ité, à l’héroïsme, face à une vie trag­ique, qui ont car­ac­térisé l’épouse — comme lui lumière inter­na­tionale de l’anarchisme — de notre regret­té Camille Berneri, nous traduisons ci-après, de la revue « Volon­tà », dont elle était l’animatrice, la nécrolo­gie due à la plume d’Umberto Mar­zoc­chi, son con­tin­u­a­teur. Puis­sent ceux…

  • Jeanne Berneri et les amitiés internationales

      Pressé par le temps et isolé par la mal­adie, je crois cependant pou­voir exprimer ici, avec mes faibles moyens, un peu de ce que mes com­pagnons parisiens des « Ami­tiés internationales » ont dans l’esprit et dans le cœur en cette heure de deuil. Dans ma province natale, au temps de mon enfance, on ne dis­ait pas un « estropié »,…

  • Perspectives

      (En juin 1957 — un triste hasard voulut que ce fût juste au moment de sa mort — nous avons déjà publié, extraites de ses « Mémoires », quelques pages de Turel, avec l’intention, alors, d’en don­ner également d’autres par la suite, emprun­tées, espéri­ons-nous, à des man­u­scrits directe­ment rédigés en français (par son père, Turel, qui écrivait d’ordinaire…

  • Henri Callet, l’enchanteur doux-amer

      « Ce qui fai­sait ma per­son­nal­ité fait main­tenant ma faiblesse. » H. C. Il suf­fit de lire un ou deux ouvrages d’Henri Calet pour aimer à jamais cet écrivain. Hen­ri Calet, un écrivain ? Est-ce vrai­ment le mot qui con­vient ? Ce nom, si on le rap­proche « d’homme de let­tres », lui va par­ti­c­ulière­ment mal, mais si on le définit ain­si :…

  • On vous parle ou Misery blues

      Nigra sum sed formosa (Can­tique des Cantiques) Si ma peau est sombre Ça n’empêche pas mon cœur d’être clair (Bessie Smith) Mon cœur est dans la misère C’est à cause de cette couleur Cette couleur qu’ils me reprochent (Jack Dupree) Dans le précé­dent cahi­er, nous présen­tions le blues et don­nions la tra­duc­tion d’un très pur…

  • Témoins intemporels

      Père Ubu : Je vais d’abord réformer la jus­tice, après quoi nous procéderons aux finances. Plusieurs mag­is­trats : Nous nous opposons à tout changement. Père Ubu : Mer­dre. D’abord les mag­is­trats ne seront plus payés. Mag­is­trats : Et de quoi vivrons-nous ? Nous sommes pauvres. Père Ubu : Vous aurez les amendes que vous pronon­cerez et les biens des con­damnés à mort. Un mag­is­trat :…

  • Mouloud Feraoun (mon ami)

      Ceux qui ont lu « Le Fils du pau­vre » ou « La Terre et le Sang » savent com­bi­en l’œuvre de Feraoun [[Insti­tu­teur, écrivain kabyle d’expression française et ami de Camus, Feraoun a été lâche­ment assas­s­iné à El Biar par des tueurs de l’OAS, en même temps que cinq de ses col­lègues des Cen­tres d’action sociale.]] révèle d’amour…

  • Louis Lecoin ou la vraie grandeur

      En nos temps de fiers à bras (et à plas­tic) et de « grandeurs » offi­cielle­ment proclamées, Louis Lecoin, qui depuis cinq ans dirige le men­su­el « Liberté », a pris, à l’âge de 74 ans, l’héroïque déci­sion de faire la grève de la faim, dans le dessein d’amener ain­si le pou­voir, qui jusqu’ici ne lui avait répondu que…