La Presse Anarchiste

La commémoration de Bakounine à Moscou

Nos cama­rades de Moscou ont pris l’oc­ca­sion du cinquan­te­naire de la mort de Bak­ou­nine pour organ­is­er, dans la grande salle du Musée poly­tech­nique, un meet­ing de com­mé­mora­tion auquel ont par­lé les quelques anar­chistes lais­sés encore intacts dans un pays où le « pro­lé­tari­at » est maître… Par­mi les ora­teurs était notre amie Sophie Kropotkine, veuve de notre grand dis­paru, qui ne put pass­er sous silence le régime oppresseur sous lequel le peu­ple vit aujour­d’hui en Russie. Elle déclara du haut de la tri­bune que la Russie actuelle ne pos­sé­dait ni la lib­erté de parole, ni la lib­erté de presse… ces bases fon­da­men­tales de toute société humaine. Un ton­nerre d’ap­plaud­isse­ments salua ces paroles… et fut suivi de 45 sif­flets appar­tenant aux 45 com­mu­nistes munis des 45 cartes d’en­trée que le Par­ti com­mu­niste avait demandé pour ses adhérents aux organ­isa­teurs du meet­ing ! Quelques-uns de ces infor­ma­teurs offi­ciels ne man­quèrent pas de crier à l’adresse de nos amis : « C’est nous qui avons fait la révo­lu­tion, pas vous. »

Nous n’en dou­tons pas. Il n’y’a qu’à regarder ce qui se passe autour, en Russie, pour être absol­u­ment sûrs que ce sont, en effet, eux qui l’ont faite, la pau­vre révo­lu­tion, ou plutôt qui l’ont défaite.

Nous ne savons pas encore si, après infor­ma­tion des 45 faiseurs de révo­lu­tion, la Tché­ka s’en est mêlée… Il se peut que la mort de Dzer­jin­skv a un peu désori­en­té nos tor­tion­naires marxistes.


Dans le même numéro :


Thèmes


Si vous avez des corrections à apporter, n’hésitez pas à les signaler (problème d’orthographe, de mise en page, de liens défectueux…

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.
Nom